Moi et le diable de Nick Tosches

Moi et le diable

auteur : Nick Tosches
édition : Albin Michel
sortie : octobre 2015
genre : polar

Véritable  dilemme littéraire, qu’on idolâtre ou qu’on condamne, Moi et le diable reflète la part d’ombre en chacun de nous. Un livre violent, à ne pas mettre entre toutes les mains. On vous aura prévenus, âmes sensibles s’abstenir !

Nick, écrivain retraité, vieillissant et diminué attire dans son lit de jeunes femmes dénichées au fond des bars grâce à son raffinement et son intelligence. C’est lorsqu’il rencontre la belle Mélissa, qu’il goûte pour la première fois au sang. Il se sent alors renaître, mais cette nouvelle addiction va l’emmener au-delà de ses propres limites…

Moi et le diable fait partie de ces ouvrages qui ne nous laissent pas indifférents. Que l’on adore ou que l’on déteste, on ne peut nier la perplexité dans laquelle nous fourre Nick Tosches, tant son style nous repousse dans nos retranchements. Il y a une certaine forme de beauté dans cette prose dégoulinante de prétention et au goût souvent douteux. Comme une sensibilité derrière la crasse. Dans les relents nauséeux de l’anti-héros vampirique (et absolument épouvantable), on décèle en effet la poésie d’un homme largué, en proie à de pénibles fantasmes pour se sentir vivant. Toutefois, l’égocentrisme exacerbé qui suinte à chaque ligne nous fait vite oublier la pitié portée au personnage et fini par nous lasser plus qu’autre chose. Et moi, et moi et moi… Trop de frasques tuent la frasque.

La première partie, brouhaha de tableaux sexuels sans grand intérêt trace en réalité les prémisses d’un ouvrage particulièrement dérangeant, poisseux et organique. La deuxième partie plus intéressante mais lourde s’emmêle dans les déboires (ou la folie ?) de l’ivrogne et malmène le lecteur, visiblement pour le plus grand plaisir de son auteur.

On n’a peut-être pas apprécié cet ouvrage à sa juste valeur, il n’empêche que l’on en arrive à en détester son auteur.

Elise Voillot
A propos Elise Voillot 51 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.