Magdalena Kozena: 3 classic albums

 La mezzo-soprano tchèque Magdalena Kozena revient avec une édition limitée sous forme de coffret de trois albums. Avec une carrière débutée très jeune et des prix obtenus dès la fin de ses études, elle s’impose très vite comme chanteuse d’opéra de grande importance.

 Ce coffret réuni divers morceaux, couvrant trois genres de musique classique différents. Sur le premier CD (Lamento), Magdalena Kozena y explore le lamento, morceau à caractère plaintif à travers des compositions de Johann Christophe Bach (1642-1703), Francesco Bartolomeo Conti (1682-1732), Johann Sebastian Bach (1685-1750), Carl Philipp Emmanuel Bach (1714-1788) et Johann Christoph Friedrich Bach (1732-1795). Elle est accompagnée par le Musica Antiqua Köln dirigé par Reinhard Goebel. Les textes y sont déclamés en allemand, italien ou latin.

Ce premier CD  rend donc hommage à la famille Bach, où la simplicité du lamento permet à Magdalena d’extérioriser son inspiration : « Quand on chante Bach, cela doit vraiment venir de l’intérieur. Il ne peut rien y avoir de superficiel. La musique de Bach ne supporte aucun des effets artificiels que l’on peut utiliser avec d’autres compositeurs baroques ».

Le Lamento, comme son nom l’indique, fait ressortir toute l’émotion contenue dans la musique alliée à la force émotive de la voix. L’ensemble de ces 17 morceaux peuvent de ce fait finir par sembler difficile à écouter en une fois.

 Avec le deuxième CD, Magdalena Kozena s’attaque au French Arias, avec le Mahler chamber orchestra dirigé par Marc Minkowski, ainsi que le chœur des musiciens du Louvre. La mezzo-soprano a appris à côtoyer les œuvres françaises avec le chef Minkowsi.

Sont chantées ici des morceaux de Daniel-François-Esprit Auber (1782-1871), Charles Gounod (1818-1893), Jukes Massenet (1842-1912), Giuseppe Verdi (1813-1901), Hector Berlioz (1803-1869), Maurice Ravel (1875-1937), Ambroise Thomas (1811-1896), François-Adrien Boieldieu (1775-1834), Jacques Offenbach (1819-1880), Georges Bizet (1838-1875). Ce répertoire est plutôt consacré au XIXe siècle et a été salué par la revue londonienne Opera de frais et éloquent de par le talent de Kozena.

Enfin, avec le troisième CD (Song my mother taught me), Magdalena Kozena voyage parmi les compositeurs qui lui sont chers et met en scène les morceaux que lui chantaient sa mère. Elle reprend également ici des morceaux entendus lors des fêtes villageoises où les traditions populaires tchèques et moraves étaient perpétuées.

« Chanter aux enfants est une tradition très forte dans notre pays, bien plus forte que ce qu’on voit aujourd’hui en Occident. La musique tchèque reste encore très méconnue. Mon idée, avec ce récital, était de réunir des pages de compositeurs très différents pour montrer l’immense variété de ce répertoire ».

On pourra entendre sur ce disque des compositions de Leos Janacek (1854-1928), Antonin Dvorak (1841-1904), Erwin Schulhoff (1894-1942), Peter Eben (1929-2007), Jan Josef Rösler (1771-1813), Vitezslav Novak (1870-1949), Bohuslav Martinu (1890-1959).

La diversité des horizons et des époques des morceaux choisis permet de voyager dans l’ensemble du répertoire de Magdalena Kozena et de pénétrer au plus profond de son univers musical. Assurément, son timbre de voix et sa qualité d’interprétation ne laissent pas l’auditeur insensible.

Déborah Lo Mauro
A propos Déborah Lo Mauro 221 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.