Love, Rosie de Christian Ditter

love rosie affiche

Love, Rosie

de Christian Ditter

Comédie, Romance

Avec Lily Collins, Sam Claflin, Christian Cooke, Jaime Winstone, Tamsin Egerton

Sorti le 17 décembre 2014

Rosie (Lily Collins, The English Teacher, 2013, Blanche Neige, 2012) et Alex (Sam Claflin, Hunger Games, Pirates des Caraïbes, 2011) se connaissent depuis leur plus tendre enfance et partagent leurs vies en toute amitié. Lorsqu’Alex reçoit une bourse pour étudier la médecine à Boston, il laisse derrière lui Rosie et leur histoire.

Avec un point de départ pareil, on présage facilement qu’il y a beaucoup de la comédie romantique dans cette histoire. Et, sans trop de surprise, c’est en effet le cas. Le point positif de cet élément est que le traitement du genre est tout à fait mignonnet, délicat, pigmenté de flegme britannique jusque dans cet accent charmant que les personnages emploient avec style.

L’histoire de Rosie et Alex renvoie aux codes typiques de la destinée en dents de scie et de la mise à l’épreuve de l’amour éternel. On assiste donc, dans la légèreté et l’humour, aux rebondissements facétieux de ce jeu du chat et de la souris : ou comment l’amour se glisse dans l’amitié et vient y semer la pagaille. Entre rendez-vous manqués et crises de conscience, les deux protagonistes explorent les perspectives d’être à deux, quitte à se mettre parfois dans des situations plus que délicates.

Bien que le rythme soit bien exploité et que les aventures des deux amis s’articule avec une certaine audace, le spectateur peut parfois s’impatienter de voir les choses prendre la forme escomptée, enfin. En attente du dénouement heureux, on se sent parfois frustré que l’intrigue prenne des allures quelques peu exagérées. Cependant, les comédiens jouent bien leur rôle et le scénario peut se montrer très émouvant par moments. L’ambiance du film est bon enfant. Rien de trop superficiel ni d’exagérément improbable ne se glisse dans l’histoire de Love, Rosie et c’est un moment agréable et divertissant que l’on passe dans la salle obscure.

Justine Guillard
A propos Justine Guillard 91 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.