Les Todds : L’étrange héritage de l’Oncle Deprius d’Harold Tonollo

lers todds tome 1 couverture

auteur : Harold Tonollo
éditions : Hachette jeunesse
date de sortie : mars 2014
genre : Fantastique, jeunesse

Vous souvenez-vous de la Famille Addams ? Vous souvenez-vous de la frayeur de leurs voisins lorsqu’ils les rencontraient pour la première fois ? Eh bien, vous pourriez ressentir la même chose en rencontrant Les Todds.

Les Todds ; L’etrange héritage de l’oncle Deprius nous font partir à la rencontre de toute une famille particulière, qui peut vivre jusqu’à dix fois plus longtemps que les humains. Patricien Todds, fondateur d’une entreprise de pompes funèbres le 21 janvier  1793, et sa femme Prospéra ont trois enfants : Palmatien et Pamphélien, frères jumeaux et Pollyxénia. Polly, qualifiée par sa propre mère de “caprice de la nature” a toutes les caractéristiques d’une humaine normale, ce qui fait qu’elle a droit à un régime particulier, constitué non d’araignées ou de mouches bleues, mais de salades, frites et autres desserts au chocolat que toute la maisonnée a en horreur ! La différence entre Polly et toute sa famille tient en une seule chose : Polly est entièrement humaine alors que ses parents et ses frères descendent en droite lignée de sorcières, enchanteurs et autres êtres surnaturels. Ils ont perdu leurs pouvoirs magiques ; pourtant, ils continuent de perpétuer les valeurs et les coutumes de leurs ascendants. Ce qui fait qu’après sa mort, l’oncle Deprius leur lègue son domaine et ses serviteurs dans le village de Sacrain. Voilà toute la petite famille se préparant pour une nouvelle vie, et Polly s’armant de courage pour affronter le statut de nouvelle, à l’école.

Des descriptions abracadabrantes du quotidien de cette famille en passant par les illustrations de Carla Miller et Isabelle Metzen, tout permet au lecteur de passer un très bon moment en compagnie des Todds. On y retrouve l’atmosphère de L’Etrange Noël de Monsieur Jack et l’on se plait à suivre les petites aventures de Polly. Les dessins y sont pour beaucoup et ancrent l’image des personnages et situations dans la mémoire du lecteur, bien plus que les mots, qui peuvent paraître trop peu fournis, pour un décor aussi intéressant.

L’héritage de l’oncle Deprius est lui-même seulement abordé : les enfants en font un rapide tour, entre l’espace de relaxation et la cave aux mille trésors poussiéreux. Un vieux livre en cuir bleu nuit retient leur attention, mais refuse de livrer ses secrets. Le lecteur espère en découvrir plus avant la fin de ce premier tome, mais l’auteur semble, lui-même, aussi réticent que ce livre.

Finalement, L’étrange héritage de l’oncle Deprius donne envie de découvrir, de manière plus approfondie, l’univers qu’a créé Harold Tonollo, non pas parce que ce tome est plein de rebondissements, mais surtout parce que l’auteur a réussi à distiller, dans cette introduction, plusieurs onces de mystère dont le voile demande à être lever. L’on se surprend à vouloir suivre Polly et ses deux frères facétieux, au fil des volumes de leurs aventures, parfois au goût de trop peu, mais si bien amenées.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.