Le Magicien de Whitechapel – Acte 1 : Jerrold Piccobello

le magicien de whitechapel couverture

scénario et dessin : Benn
éditions : Dargaud
sortie : 27 février 2015
genre : Magie, aventure, fantastique, ésotérisme

Jerrold Piccobello est un des magiciens les plus doués de sa génération. A Londres, en cette année 1887, il rate pour la énième fois une audition. La cause ? Il ne se remet pas de la disparition mystérieuse et inattendue de son mentor Virgill Webb et traîne de ce fait la réputation d’avoir un caractère impossible. Errant dans le quartier de Whitechapel, il revient sur les lieux de son enfance et revoit les évènements marquants de sa vie, dans le théâtre dévasté par un incendie, où il a grandi avec sa petite sœur Dazy. Jusqu’à ce qu’il fasse une rencontre pour le moins surprenante…

Se situant entre le récit de vie et le fantastique, cette bande dessinée scénarisée et dessinée par Benn est réalisée avec beaucoup de soin et un luxe de détail surtout dans la réalisation des rues de Londres de la fin du XIXe siècle et l’exécution de l’intérieur de certains bâtiments comme celui du théâtre Eagle. Les dessins sont soignés bien que dans un style plutôt longiligne au niveau des personnages mais qui ne dérange pas outre mesure.

L’album est sombre autant dans ses couleurs, aux teintes bleue et rouge éteintes sauf dans les moments de joies notamment lorsque Jerrold est en apprentissage avec son mentor, que dans son histoire, comme pouvait l’être la vie d’un enfant orphelin de cette époque. On ne s’attend pas du tout à cette fin du premier acte, on ne comprend d’ailleurs pas pourquoi on en arrive là ni où son créateur veut en venir, mais du coup, cela donne vraiment envie de connaître la suite. En cela, le pari est gagné. Petit bémol cependant, si l’histoire est racontée avec un talent de conteur indubitable, les caractères sont si serrés qu’il est parfois difficile de les déchiffrer, ce qui ne rend pas la lecture aisée.

Premier tome de ce qui est annoncé comme une trilogie, qui nous offre beaucoup d’imagination enténébrée et de noirceur, au cœur d’une Angleterre pétrie d’ésotérisme et de croyances obscures.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.