Jean-Claude Van Johnson, WTF JCVD !

Jean-Claude Van Johnson

de Dave Callaham

Comédie, Espionnage, Action

Avec Jean-Claude Van Damme, Kat Foster, Moises Arias

Diffusé sur Amazon Prime Video le 15 décembre 2017

Les années 90 sont bien loin pour Jean-Claude Van Damme ! Révélé en 1988 dans le film Bloodsport, notre JCVD national a mené durant une quinzaine d’années une carrière exceptionnelle dans le cinéma d’action, gratifiant le public de monuments de testostérone comme Kickboxer (1989), Universal Soldier (1992), Cavale sans issue (1993), Chasse à l’homme (1993) ou encore Timecop (1994).

Cependant, à l’aube du XXIe siècle, l’heure ne semblait plus être aux héros virils et le succès de l’acteur s’estompa peu à peu. À défaut d’être oublié, c’est dans un autre domaine – et bien malgré lui – que celui-ci s’est fait remarquer : la philosophie. Plusieurs interviews surréalistes, ainsi que la parution du livre « Parlez-vous le Jean-Claude ? » en 2003, feront de la star la cible des moqueries de présentateurs télé à la recherche de têtes à claques. Cependant, même s’il faut reconnaître que certaines de ses déclarations sont véritablement hilarantes (« Une noisette, j’la casse entre mes fesses, tu vois… »), ces moqueries devinrent rapidement un jeu trop facile et lassant.

Pendant ce temps, Jean-Claude continuait sa carrière discrètement, tournant le plus souvent dans des direct-to-dvd oubliables. Cette période fut néanmoins émaillée de plusieurs succès comme le très intéressant JCVD en 2008 ou une apparition quatre ans plus tard dans Expendables 2. Pour ne pas dénoter, il continua également à nous abreuver de commentaires épiques comme par exemple cette déclaration concernant le personnage qu’il incarnera en 2013 dans Enemies Closer : « Mon personnage est un méchant-méchant, – mais qui est aussi végétarien. Peut-être qu’un jour j’ai été élevé dans une ferme, et que je suis tombé amoureux d’une oie. Wa wa wa [il imite l’oie]. Et peut-être qu’on a tué my goose et que j’ai snapé [en claquant des doigts]. Imagine… ».

L’acteur s’illustra également dans diverses publicités restées célèbres comme les segments enregistrés pour GoDaddy ou sa célèbre apparition dans une publicité pour la marque automobile Volvo. Mais, à l’instar d’un David Hasselhoff, Jean-Claude Van Damme su également jouer de son image et exploiter à bon escient les railleries du public.

Mais quoi que l’on puisse en penser, et comme le soulignait très justement le YouTubeur Karim Debbache dans l’épisode 14 de sa géniale série « Crossed » : « Jean-Claude, il est cool ! Vous pouvez retourner le truc dans tous les sens, ce mec est cool ! Et j’en ai ras-le-cul d’entendre des gens dire du mal de lui depuis qu’une poignée de journalistes en manque de têtes à trancher ont passé des années à lui cracher à la gueule. Ce type est cool ! Et vous voulez que je vous dise pourquoi ? (…) Premier temps : ce mec est un vrai cinéphile. Il aime le cinéma et ça se voit ! Vous saviez qu’il est à l’origine de l’arrivée de John Woo et Tsui Hark aux États-Unis, juste parce qu’il rêvait de tourner avec eux ? C’est pas la classe ça peut-être ?! Deuxième temps : regardez-le jouer la comédie ! Il est à fond dans le truc ! Dans tous les films dans lesquels il joue, il déborde d’envie de bien faire. C’est même rare de voir un acteur s’appliquer autant que ce type… Alors, je dis pas que ça fait de lui un grand acteur, certes, parfois c’est complètement raté, mais au moins il essaie. Et si on compare à d’autres stars d’action de l’époque, qui semblaient avoir du mal à ressentir la moindre émotion, ben lui, il offre des performances rafraîchissantes ». Et nous ne pourrions pas être plus d’accord avec cette façon de présenter les choses, principalement le second point.

La série Jean-Claude Van Johnson est un peu l’aboutissement de tout ce que nous venons d’exposer ! Envisagé à partir de 2010, le show sera acheté par Amazon et le premier épisode diffusé en août 2016 afin d’être soumis à l’approbation du public. C’est ainsi que la série fut sélectionnée au même titre que « The Tick » et « I Love Dick » pour une saison complète. Après plus d’un an d’attente, voilà que sort enfin celle-ci.

Dans cette série, JCVD joue son propre rôle. Sauf que, en plus d’avoir été une star d’action durant les années 90, la série nous apprend que l’acteur était également et surtout un agent secret sous couverture ! Le ton est ainsi donné pour les six épisodes qui constitueront cette première saison. Verdict ? Eh bien c’est pas mal du tout !

Avant tout, si l’on s’en réfère à ce que déclarait Karim Debbache, on voit véritablement le plaisir que prend Jean-Claude Van Damme à jouer ce personnage, enchaînant toutes sortes de déguisements, incarnant son propre rôle mais également celui d’un sosie de lui-même fan de JCVD, ou jouant parfaitement à casser son image. Ainsi, le premier épisode le montrera d’entreé de jeu incapable de réaliser son célèbre grand écart avant de se faire tabasser par plusieurs ennemis. Plus encore, la série prendra un malin plaisir à casser subtilement le quatrième mur et les codes du genre, notamment lorsqu’un personnage dira : « Attendez, on ne va pas lui foncer dessus tous ensemble, on va y aller un par un ! » L’autodérision sera même poussée au point que le sosie de Van Damme sera fan de « Timecop », ce qui donnera lieu à une discussion sur le voyage temporel et les références à Bruce Willis, ainsi qu’à cette superbe réplique débordante d’autodérision : « Pourquoi le plus formidable acteur de tous les temps voudrait tuer tous mes amis ? ».

Comble du surréalisme, le deuxième épisode nous donnera à voir Van Damme enfant – alors qu’il n’était encore que Jean-Claude Van Varenberg – en train de dessiner des émeus sur les murs ou de courir avec ces nobles oiseaux… Ça vient de nulle part, c’est inexplicable, totalement gratuit mais c’est génial ! Cela met en évidence une deuxième qualité de cette série : sa capacité à verser dans un certain surréalisme bien belge ! Bien entendu, un film belge ne serait pas vraiment film belge (du moins du point de vue américain) sans un peu de Jacques Brel en fond sonore, et la chanson « Ne me quitte » pas sera alors utilisée ça et là pour renforcer cette identité.

Jean-Claude Van Johnson est également parsemée de clichés et répliques typiques des films de JCVD, comme le fait de conduire une voiture les yeux bandés pour se concentrer sur son Chi, le Touché de la Mort ou un merveilleux « – J’ai besoin d’une arme – Tu l’as devant toi ! »

La série regorge encore de toutes sortes de subtilités réellement intéressantes, voire hilarantes. En somme, voilà une série légère qui se regarde en une soirée et ravira les spectateurs par son autodérision, le plaisir de revoir Van Damme dans un rôle à sa hauteur, et le plaisir que lui-même prend à être là et à casser son image. Une série sympathique, un peu WTF et étonnamment rafraîchissante à ne manquer sous aucun prétexte !

Alexandre Alvarez
A propos Alexandre Alvarez 142 Articles
Journaliste du Suricate Magazine