Fabrice Eboué a fait lever le Manège ce vendredi

Fabrice Eboué, artiste dont la langue acérée n’est plus à présenter, a joué son nouveau spectacle Fabrice Eboué, Levez-vous! ce vendredi 9 janvier au Centre culturel André Malraux à Jeumont pour le Manège Mons-Maubeuge.

Malgré l’actualité de ces derniers jours tendue et tenant plus du deuil que du rire, Fabrice Eboué est monté sur scène, humble, pour démonter les clichés qui ont la vie dure et nous empoisent la nôtre! Mais, au final, peut-on vraiment rire de tout? C’est le défi que s’est lancé l’humoriste Fabrice Eboué et qu’il relève avec succès depuis maintenant 15 ans.

Nous pouvons reconnaitre sa bobine sans jamais avoir ri à une de ses blagues, nous pouvons même ne jamais l’avoir vu dans l’un de ses spectacles, il est tout de même difficile de rester impassible devant la diversité des thèmes abordés et de l’humour qui y est déployé. A peine entré en scène, l’escalade des blagues démarre, sans laisser de répit au public. L’humoriste est gonflé à bloc et son humour nous embarque sans nous laisser le temps de réfléchir.

Il choque et il aime ça. Eclats de rire tantôt unanimes, tantôt partagés, tantôt plus timides, il joue sur tous les clichés afin de montrer que rien n’est pire que de s’accrocher à une image. Et il ne se laisse pas en reste. L’autodérision est partie prenante du spectacle.

Pour se chauffer et faire connaissance avec ses victimes du jour, l’humoriste passe rapidement toutes les catégories en revue: du célibataire à l’homosexuel, en passant par le petit français amicalement surnommé “petit branleur typique”, personne n’est épargné et tout le monde s’y retrouve. Les arabes, les noirs, le sexe, les orphelins africains, les bobos et le bio, les religions, la pédophilie des prêtres ou encore la nécrophilie, Fabrice Eboué jongle avec facilité entre tous les sujets, aussi choquants ou difficiles qu’ils puissent être.

Il donne de sa personne et savoure son effet. Pour son nouveau spectacle, Fabrice Eboué s’inspire de faits divers et les met à plat afin d’en rire. Le but est vraiment de laisser les clichés de côté et de venir rire tous ensemble le temps d’une bonne soirée, comme il l’a expliqué dans une interview donnée le 22 octobre dernier au Suricate Magazine.

Fabrice Eboué était le 28 novembre à la Maison de la Culture d’Arlon, le 29 novembre au Cirque Royal, le 7 janvier au Forum de Liège et le 9 janvier au Centre culturel André Malraux à Jeumont.

 

Déborah Lo Mauro
A propos Déborah Lo Mauro 221 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.