Eric Truffaz & Murcof présente leur album “Being Human Being”

Lorsqu’un trompettiste de jazz nourri par le style de Miles Davis rencontre un dj electronica, ça donne un album expérimental riche en sensations. C’est le défi que le musicien Eric Truffaz et le dj mexicain Murcof (Fernando Corona de son vrai nom) ont relevé avec talent. Dans l’album Being Human Being, les deux artistes vous emmènent en balade mais de ces promenades créatives qui vous font voyager dans le lointain. Il y a beaucoup du planant et du mystique dans ce projet musical car c’est véritablement une danse à la limite de la sorcellerie ancestrale que les sonorités articulent. Le contenu de l’album est riche en recherche et l’osmose opère généreusement, ici. Tout en écoutant la musique, on a parfois l’impression que le végétal et le minéral ont toutes leurs places et qu’on a fait un bond dans un monde merveilleux fait d’échos et de vibrations : comme si la main de l’homme s’effaçait comme par magie derrière des impressions et des images au goût d’origine du monde.

L’ambiance y est particulièrement sombre et certains morceaux sont marqués par un voile de sons à peine perceptibles ; parfois même, on a la sensation que la musique s’est arrêtée et qu’il faut tendre l’oreille pour entendre à nouveau. D’autres fois encore, la création s’exprime comme dans une boucle frénétique. Toutefois, tant de quête expérimentale n’est pas dérangeant à condition, néanmoins, d’être prévenu à l’avance que le partenariat ne vise pas à produire une musicalité festive. L’album Being Human Being s’écoute pour s’isoler dans sa bulle ou bien entrer en transe mais on imagine mal un public gesticuler en tous sens en assistant à un des concerts des deux artistes. A ce niveau-ci, donc, l’enjeu propre aux influences electronica est bien présent et n’impose aucune barrière à l’expression du jazzman. Comme nous avons pu l’évoquer, la ré-union de ces deux écoles – de ces deux magies, comme certains diraient – est un mariage heureux et harmonieux où chacun laisse la liberté à l’autre. Une réussite du genre.

Justine Guillard
A propos Justine Guillard 91 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.