Djihad & Co de J-P Demont-Pierot

Djihad & Co

auteur : Jean-Philippe Demont-Pierot
édition : Vanloo
sortie : mars 2015
genre : actu-fiction

Le souci majeur de Djihad & Co : Baptiste à Bamako réside dans son écriture et dans son vocabulaire. Un net problème au niveau de la syntaxe qui alourdit considérablement la lecture. Il est parfois de bon ton de faire dans la concision et de ne pas se laisser emporter par le verbe lorsqu’il nous dépasse.

Une syntaxe imprécise, un manque de rigueur dans la narration, une utilisation approximative de la ponctuation, un vocabulaire choquant n’apportant rien au récit. Autant de points négatifs qui m’empêchent totalement de rentrer dans le récit. Qui aurait pu être intéressant et passionnant pourtant. Pour ne citer que quelques exemples, l’emploi des points de suspension en fin de chapitre.

Il est généralement admis qu’on utilise les points de suspension pour marquer qu’une phrase est inachevée. Ce procédé crée une attente chez le lecteur, lui laisse une part de mystère. Dans ce livre, ce procédé est à la limite du putassier. Créer une tension où le besoin ne se fait pas sentir pour tenir le lecteur, c’est le prendre pour un idiot.

Autre exemple, les dialogues. Ils sonnent creux. Quelque chose ne fonctionne pas, un ton décalé, un rendu qui se veut oral mais qui n’est que grossier. A ces dialogues, il faut rajouter une progression dans les liens entre les personnages qui me semble improbable. Une sensibilité particulière, que sais-je, mais je n’y crois pas un seul instant.

Pour couronner le tout, les ressorts narratifs pour faire avancer l’histoire sont surexploités. La surprise n’a pas sa place dans cette histoire et cela m’a lassée. Encore une fois, j’utiliserai le terme putassier. C’est faire affront à la lectrice que je suis et cela me coupe entièrement du sujet principal.

Pour ne pas finir cette critique sur une note trop négative, parlons du sujet principal. Je ne peux décemment pas restée insensible à ce sujet qui porte sur l’actualité et qui brasse autant de souffrance. Mais il aurait mérité un meilleur traitement. A voir la prochaine aventure de Baptiste Mallemort.

Elodie Kempenaer
A propos Elodie Kempenaer 99 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.