Le Botanique présente la Drawing Room d’Hans Op de Beeck

Jusqu’au 31 décembre, la salle d’exposition du Botanique se transforme en cabinet de dessin pour accueillir les aquarelles de l’artiste belge Hans Op de Beeck.

Le sol est recouvert de tapis plein et les murs sont peints en gris. Hans Op de Beeck a travaillé son exposition jusque dans les moindres détails. Cette ambiance tamisée fait ressortir l’intense luminosité de ses aquarelles. L’artiste n’a utilisé que de la couleur noire pour les réaliser. Selon lui, cela permet d’aller à l’essentiel sans être déconcentré. Ce travail monochromatique est magnifique. Dans les mains d’Hans Op de Beeck, le blanc ne signifie plus l’absence de couleur mais en devient une à part entière, riche et lumineuse.

Toutes les aquarelles ont été réalisées de nuit et cette ambiance nocturne se ressent très fortement. Il fait ce choix pour ne pas être interrompu par une sonnerie de téléphone, un mail important et toutes ces petites choses de la vie courante qui peuvent bloquer le processus créatif.

Comme les plans d’un story-board, les images peuvent être vues comme des morceaux d’histoire que chacun doit s’approprier et reconstruire selon sa propre interprétation. Fonctionnant à la manière d’une opposition champ/contre-champ, certaines représentent des lieux en plan large. Particulièrement bien réussies, on a l’impression qu’une véritable lumière émane des réverbères et des fenêtres des nombreux immeubles. D’autres sont des gros plans : le dos tatoué d’une femme, des bottes en cuir, un double lit, etc. Tout a été pensé pour que des liens se créent entre les différents éléments.

M-05.-Hans-Op-de-Beeck,-2014-Dress(2)
Hans Op de Beeck, 2014 Dress (2)

L’artiste s’éloigne de la stricte réalité. Ni les lieux, ni les personnes représentées existent tels quels. Hans Op de Beeck explique dans une interview : « Je veux que ce soit le plus universel possible, que ça parle à des gens dans des contextes très différents. Je trouve que des références trop spécifiques constituent parfois des obstacles pour le spectateur. (…) Aucune de mes œuvres ne représente littéralement un endroit qui existe ou est littéralement une copie d’une photo que j’ai faite. Il y a toujours une marge de fiction qui se faufile et qui rend les choses moins spécifiques » (agenda 31/10 – 6/11/2014, n°1448)

L’exposition comporte aussi un film d’animation monté avec plusieurs aquarelles, toutes peintes ces dernières années. La première image représente une bougie qui fond et la dernière celle de cette même bougie qui s’éteint. Entre temps, on a parcouru le monde nocturne de différentes personnes en différents lieux. C’est non seulement d’une grande beauté mais aussi d’une grande qualité technique.

Le désir de l’artiste était de monter une exposition plus intimiste que tape-à-l’œil. Le résultat est plus que convaincant. The drawing room nous plonge dans un univers doux et poétique. On laisse aller notre imagination face à ses superbes aquarelles pour s’offrir un moment de quiétude comme on les aime.

Plus d’infos:
Site du Botanique: http://botanique.be/fr/expo/hans-op-de-beeck-drawing-room
Site d’Hans Op de Beeck: http://www.hansopdebeeck.com/

Mathilde Schmit
A propos Mathilde Schmit 35 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.