Aeterna, une éternité dont on ne se lasse pas

© Charlotte Sampermans

Mise en scène d’Etienne Béchard ; avec Etienne Béchard, Johann Clapson, Sidonie Fossé, Victor Launay et Elena Valls Garcia ;  Lumières de Denis Waldvogel. Du 4 au 8 décembre 2018 au Théâtre Marni

Après Arcadia en 2017, la Compagnie Opinion Public revient en force avec sa nouvelle création Aeterna. Les cinq danseurs, accoutumés à traiter de sujets d’actualité, vont cette fois questionner le rapport de l’homme face à son désir d’éternité. Eternité représentée ici par une ampoule lumineuse vers laquelle tous les yeux convergent tandis que le reste du plateau est plongé dans l’obscurité dans un premier temps.

Le moins que l’on puisse dire c’est que ce spectacle est très bien pensé et ce dans sa totalité. Si le thème de l’éternité est intéressant et omniprésent même dans les interstices comiques, la forme sert toujours le fond. On peut le constater déjà au niveau de la scénographie faite de carton, matière légère, sobre et obsolète, qui va revêtir différents usages au cours du spectacle. On le sent également au niveau de la lumière onirique et symbolique qui ne cesse d’attirer les personnages sans pour autant qu’ils puissent réellement s’en emparer. Si bien que lorsqu’elle vient à s’éteindre par moment, nous nous retrouvons avec eux à ne plus pouvoir que regarder notre nature humaine et celle de ceux qui nous entourent.

En plus de ce thème qui nous invite à la réflexion, la compagnie nous éblouit par ses prouesses physiques. Ils dansent seuls ou en groupe, chacun dans son style propre suivant des rythmiques lentes ou énergiques voire enivrantes ; et nous montrent leur envie d’exister encore et toujours plus longtemps.

Vous l’aurez compris, Aeterna est un spectacle envoûtant qui a beaucoup à offrir. Ce que nous retiendrons surtout, en plus de son thème et de sa beauté, c’est la dramaturgie que la Compagnie Opinion Public a su glisser dans chacune des parcelles du spectacle pour nous emporter avec eux. Un spectacle d’une grande qualité qui se tient au Théâtre Marni du 4 au 8 décembre 2018.

Maud Quertain
A propos Maud Quertain 13 Articles
Journaliste du Suricate Magazine