Sisters : trois femmes, trois religions, un même humour insolent

"sisters" au TTO

affiche du spectacle "sisters" au tto

De Myriam Leroy, Mehdi Bayad et Albert Maizel. Mise en scène d’Emmanuel Dell’Erba et de Nathalie Uffner. Avec Odile Matthieu, June Owens et Nathalie. Du 24 janvier au 2 mars 2019 au Théâtre de la Toison d’Or (TTO) à Bruxelles.

Dans Sisters, trois femmes ironisent sur les croyances et les traditions liées aux trois grandes religions monothéistes… tout en se moquant aussi d’elles-mêmes en tant que femmes. Une nouvelle création du TTO qui évite les stéréotypes habituels pour mieux surprendre le spectateur.

Trois femmes : une catholique, une juive, une musulmane. D’abord seules sur scène, les actrices offrent l’une après l’autre un stand-up évoquant avec humour leur identité : identité religieuse mais aussi sociale, culturelle, familiale… De la juive ashkénaze mariée à un Séfarade à la musulmane lesbienne en passant par la chrétienne en djellaba, chacune démontre à sa façon la difficulté de jongler avec des identités multiples dans un monde qui cherche sans cesse à classer les individus dans des catégories bien définies.

Le propos est pourtant loin de se limiter à la religion et la pièce ose sortir des sentiers battus pour surprendre le spectateur à plusieurs reprises. Après leurs monologues successifs, les actrices se retrouvent ensemble sur scène pour une deuxième moitié de spectacle caractérisée par une mise en abîme interpelant le spectateur tout en l’invitant à se questionner sur le thème de la pièce. Au fond, parle-t-on vraiment de religion, ou plutôt d’un ensemble de valeurs dont chacun individu fait ce qu’il souhaite ?

Dans la tradition du TTO, la question du genre et de l’égalité hommes-femmes est bien sûr évoquée. « Sœurs », ces femmes ne le sont pas par le sang, mais à travers leur expérience de femme. Au-delà du thème religieux, les auteurs de la pièce n’hésitent à rire de sujets sensibles comme lorsqu’ils se moquent des bénévoles hébergeant chez eux des demandeurs d’asile et de leurs « bonnes intentions » pas forcément si désintéressées…

Si le texte est parfois inégal, les trois actrices offrent une belle performance, avec une mention spéciale pour Nathalie Uffner donc le naturel permet de donner une sorte de cohérence au spectacle dont certaines scènes donnent parfois l’impression de passer du coq à l’âne. Sans être particulièrement mémorable, Sisters offre un bon moment de divertissement et quelques éclats de rire – du moins pour ceux qui ne prennent pas la religion trop au sérieux !

Soraya Belghazi
A propos Soraya Belghazi 89 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine