Retour en force pour Boys Noize

Indispensable dans le monde de la musique électro, Boys Noize revient avec son titre Overthrow, accompagné d’un clip obscur et menaçant.

Le DJ allemand peut fièrement souffler ses dix bougies dans le milieu techno et électro. 
Âgé d’une vingtaine d’années, Alexander Ridha de son vrai nom quitte Hambourg et s’installe à Berlin, la capitale de la culture underground férue de musique électro. Rien de mieux pour s’y épanouir en tant qu’artiste et lancer son propre label : Boysnoize records, une initiative du jeune DJ lancée en 2005. La raison ? Pouvoir exprimer son art librement et prendre sous son aile des artistes dans le même esprit.

Sans faille, le natif d’Hambourg a remixé des titres de différents genres, en passant par des artistes électro comme Tiga à des morceaux plus rock tels que Depeche Mode ou Bloc Party. Ces remix lui ont valu un succès sans précédent. Véritable showman, il produit et mixe dans le monde entier, le public toujours prêt à ressentir jusqu’au bout des doigts ses beats puissants et graves.

Après plusieurs mois d’absence, Boys Noize fait son comeback en puissance avec le clip Overthrow, essentiellement filmé en noir et blanc. Les sons lourds et épais qu’on reconnait au DJ allemand sont en accord total avec l’ambiance de la vidéo, où la tension monte et ne se relâche pas. Boys Noize a collaboré avec Lil Internet pour la réalisation de ce clip, un producteur de vidéos dont le nom est associé à d’autres pointures de la musique électro, comme Major Lazer ou encore Diplo. 
C’est un retour réussi pour l’artiste allemand qui nous réserve une année 2016 riche en surprises.

Overthrow est sorti sur Boysnoize Records, disponible en digital sur toutes les plateformes.

Uyen Vu
A propos Uyen Vu 51 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.