Red Sky de Mario Van Peebles

red sky dvd

Red Sky

de Mario Van Peebles

Action

Avec Shane West, Cam Gigandet, Rachael Leigh Cook, Bill Pullman, Brian Krause

Sorti en DVD/Blu-Ray le 15 avril 2015

Un escadron de pilotes de chasse de l’armée américaine se fait virer suite à une bévue dont ils ne sont pas responsables. Quelques mois plus tard, l’armée leur propose de fermer les yeux sur leur condamnation à condition d’accepter une mission incognito extrêmement dangereuse : retrouver une arme de destruction massive, le faiseur de pluie, tombée aux mains de terroristes.

Piloté par Mario Van Peebles, réalisateur habitué aux séries télévisées, Red Sky met notamment en scène Cam Gigandet, beau gosse mal rasé que les midinettes ont déjà  pu aduler dans la saga Twilight au cinéma ou encore dans Newport Beach sur le petit écran.

Red Sky, c’est aussi l’occasion de revoir, furtivement, Bill Pullman, l’emblématique président des États-Unis dans Independence Day. Pour ce qui est du reste du casting, il est principalement méconnu mais ne démérite pas – ou du moins s’aligne au niveau global du film – dans cette production aux limites de la série B.

Les mises en situation sont extrêmement peu crédibles et ne tromperaient pas un enfant de 6 ans qui croit encore au Père Noël et à Dark Vador. Un enchainement de scènes aussi naïves qu’inintéressantes rendent le voyage aussi trépidant qu’un vol de nuit commercial Bruxelles – Helsinki. Sans même un trou d’air pour attiser les sensations.

Les fondements du scénario ne tiennent eux-mêmes absolument pas la route et manquent simplement de bon sens. Le suspens potentiel est délibérément tué dans l’œuf, plaçant le spectateur comme omniscient… et s’en trouve totalement désintéressé.

Un ersatz de mythologie de Top Gun – motos, casques bariolés, noms de code et couchers de soleil – essaye d’émerger, mais sans le punch de Maverick et ses acolytes des années 80, ce n’est franchement pas la même chose !

Les scènes d’action se résument à des tirs et des explosions sans réelle mise en scène et à des poursuites aériennes incroyables – au sens propre : pas du tout crédibles !

Loin de franchir le mur du succès, Red Sky évite donc le crash de peu même si il est difficile de réellement accrocher à ce film peu inspiré et peu inspirant dont on ne retiendra que le survol de clichés, des effets spéciaux en rase-mottes et quelques traces d’humour lourdingue.

Quentin Geudens
A propos Quentin Geudens 95 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.