Une nouvelle amie de François Ozon

une nouvelle amie affiche

Une nouvelle amie

de François Ozon

Drame

Avec Romain Duris, Anaïs Demoustier, Raphaël Personnaz, Isild Le Besco, Aurore Clément

Sorti le 5 novembre 2014

Après la mort de sa meilleure amie, Claire se retrouve esseulée et déprimée. Ayant promis à la défunte de veiller sur sa famille, elle se décide à rendre visite à son veuf, David. Claire fait alors une découverte singulière : elle surprend David habillé en femme.

Osé, Ozon ? En 2012, le réalisateur français avait abordé la prostitution juvénile et volontaire dans Jeune et Jolie, et Dans la maison en 2013, jouant sur la frontière entre la réalité et la fiction, il nous présentait une relation de manipulation entre un élève et un professeur. En 2014, François Ozon nous revient avec ce long-métrage librement inspiré de la nouvelle de Ruth Rendell, The New Girlfriend (Une amie qui vous veut du bien).

Ni choquant ni racoleur, Une nouvelle amie est un film troublant qui aborde la question des genres, de l’identité et des désirs profonds. Comme souvent chez Ozon, la réalisation s’imprègne de fantastique, avec l’irruption de l’extra-ordinaire comme élément transformateur.

Sans entrer dans La cage aux folles, entre perruque et talons, Romain Duris livre une prestation très juste où le plaisir de se déguiser en femme est palpable. C’est ainsi que François Ozon parle de son interprète : « Romain (Duris) s’est imposé, (…). Il y avait une évidence, une incarnation, un plaisir fétichiste d’enfiler les bas, les robes, sans ironie ou distance ». Face à lui, dans un rôle où la retenue est la manifestation criante d’un foutoir émotionnel, Anaïs Demoustier est fascinante. Elle incarne Claire avec peu de mots, mais avec des regards éloquents.

On rit à l’occasion, quand le comique de situation et des touches de comédie française surgissent. Cependant, on est surtout amenés dans les sables mouvants que sont les relations humaines, celles où le non-dit commence avec soi-même. Pendant le développement du projet, en 2013, Romain Duris a lui-même qualifié le film d’« intriguant » : « je ne sais pas si ce sera plus comédie, plus dramatique, je ne sais pas… Il y a beaucoup de tons dans le film ». Le résultat final n’a pas perdu son étrangeté et laisse planer l’indécision et les questionnements jusqu’à la fin ouverte. Comme l’a dit Raphaël Personnaz, qui joue le mari gentiment conventionnel de Claire, ce film intelligent interroge et ne laisse pas indemne.

Osez Ozon, cela en vaut la peine.

Elodie Mertz
A propos Elodie Mertz 118 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.