Le livre de la jongle de Stéphane De Groodt

Le livre de la jongle

auteur : Stéphane De Groodt
édition : Plon
sortie : novembre 2015
genre : humour

Il est de ces livres qu’il est difficile de chroniquer, d’abord parce qu’ils n’en sont pas vraiment. Le nouveau recueil de Stéphane De Groodt en fait partie, puisqu’il s’agit d’un condensé de jeux de mots et d’humour absurde, comme il en a le secret, le tout déguisé en lexique des expressions françaises.

À la manière des recueils de pensées – dont Pierre Dac, Sim ou Pierre Desproges ont été de grands fournisseurs –  ou encore des « dictionnaires » de Laurent Baffie, publiés récemment, l’essai de Stéphane De Groodt vient se placer dans ce business de la blague millimétrée et du bon mot au kilomètre. Si Le livre de la jongle n’échappe pas à quelques tares du genre – inégalité des saillies, gaspillage de papier pour une seule phrase bien sentie,… – il se tire plutôt avec les honneurs de l’exercice.

Il faut dire que le style de De Groodt – aussi bien à l’écrit qu’à l’oral – est d’ores et déjà inimitable et que le mélange de jeux de mots foireux et de surréalisme fonctionne vraiment  sur la longueur et la répétition. Si une « vanne » peut faire mouche dans l’immédiateté, provoquant une sorte d’hilarité incontrôlable, et parfois forcée, la lecture en continu du verbe de Stéphane De Groodt permet de s’apercevoir de la réelle constance de sa pensée et de son humour, peut-être moins direct que celui de nombres d’humoristes, mais oh combien plus fouillé et stylisé.

Ainsi, De Groodt distille ses réinterprétations d’expressions plus ou moins usitées, en les détournant complètement, ou simplement en faisant remarquer un petit détail qui les fera voir sous un tout nouvel angle. Il alterne aussi des phrases seules, pour certaines expressions, à des paragraphes plus longs et développés dans lesquels il laisse libre cours à son imagination débridée. Il est difficile de résumer l’un ou l’autre concept développé par l’auteur, mais on peut toujours citer quelques exemples courts pour se faire une idée.

Parmi les définitions les plus brèves et les plus drôles, on retrouve notamment celle de « C’est Byzance ! » (« Non, c’est Istanbul. Indique qu’il serait grand temps de mettre à jour votre GPS. »), celle de « Sans crier gare » (« Sans crier gare… vous avez de grandes chances que le taxi vous amène à l’aéroport. ») ou encore « Avoir le cul bordé de nouilles » (« Là, c’est vraiment la preuve qu’on n’est pas dans son assiette et qu’on traîne une casserole. »).

Vous l’aurez compris, Le livre de la jongle est de ces ouvrages que l’on met dans les toilettes pour les feuilleter à l’occasion. Lire quelques pages de temps à autre permet d’apprécier le bouquin comme il a été conçu, c’est-à-dire comme un recueil de blagues plus intelligent que la moyenne. Mais le lire d’une traite n’est pas non plus déconseillé, tout dépend de la tolérance que l’on a au déferlement ininterrompu de calembours et de contrepèteries en tous genres.

Thibaut Grégoire
A propos Thibaut Grégoire 337 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.