Le hasard

le-hasard

Scénario : Ekeland Ivar
Dessin : Lécroart Etienne
Editions : Le Lombard
Sortie : le 20 mai 2016
Genre : BD documentaire

Pour ce nouvel album sur le hasard, La petite bédéthèque des savoirs a opté pour une approche mathématique. Le hasard intrigue, fascine et est parfois utile pour choisir. Mais existe-t-il vraiment ? Chaque événement n’a-t-il pas sa ou ses causes ? S’il existe, peut-on le cerner, le mesurer, le contrôler, voire le prédire ? Peut-on l’utiliser, le créer ? Le hasard a-t-il une logique ? Est-il rationnel ?

A toutes ces questions, le tandem composé d’Ivar Ekeland (spécialiste) et d’Etienne Lécroart (dessinateur) va tenter de fournir des explications en illustrations sans trop charger la barque. La mise en scène est assurée simplement : deux personnages (l’un est savant, l’autre ignorant) se baladent dans différents lieux et époques accompagnés d’un papillon (élément perturbateur et anecdotique). Ils ont la lourde tâche de nous éclairer sur différentes théories mathématiques.

Au fil de la lecture, vous en saurez plus sur la théorie du chaos dont le père est le mathématicien français Poincaré et sur l’effet papillon, sur la théorie des probabilités (vous vous frotterez inévitablement à la courbe de Gauss), puis à la théorie de la spéculation et de la volatilité. On y retrouve de nombreuses pages instructives, notamment sur le tirage au sort et les sondages. Mais inutile de dire que pour les moins matheux d’entre nous, certains passages vont être subis comme d’arides rappels de nos moments de souffrance scolaires !

Pour ceux qui n’ont pas trop la fibre mathématique, l’ouvrage s’annonce donc corsé, dense. La lecture de ce petit volume coloré ne sera pas suffisante non plus pour ceux qui tenteront le concours d’entrée à Polytechnique. Mais l’ambition de La petite bédéthèque des savoirs n’est pas là. Ses petits albums encyclopédiques d’un nouveau genre sont à voir comme des clés d’entrée, des pistes pour approfondir un sujet. En annexe, de nombreux ouvrages sont d’ailleurs référencés pour vous inviter à aller plus loin.

L’ouvrage se termine par des réflexions sur les mathématiques, « cette tentative de cerner notre monde et de nous entrainer vers des vertiges de réflexions. On cherche des réponses et on obtient des questions ». On est bien d’accord, les mathématiques, c’est un drôle d’objet d’étude quand même.

Marie-Laure Soetaert
A propos Marie-Laure Soetaert 130 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.