Ils ont raté le rôle de leur vie (4/4)

Devenir une star du cinéma, une icône du septième art, cela passe avant tout par la volonté, mais aussi un brin de chance. Comme on aime le dire dans le monde du ballon rond : « j’étais destiné à une belle carrière, mais je me suis fait les croisés ! ». De fait, quand la malchance s’en mêle, c’est toute une vie qui peut être chamboulée.

Tétanos, chikungunya, covid-19 ou simplement connerie, voici un florilège des perdants de la pellicule, celles et ceux pour qui postérité rime avec adversité.


Neve Campbell dans Armageddon

Elle avait beau avoir un nom destiné à faire de la pub pour une marque de soupe, Neve Campbell n’en demeurait pas moins l’une des jeunes actrices les plus bancables de la fin des années 90.

Adulée par une génération d’adolescents plein d’hormones suite à son rôle de Sidney Prescott dans Scream (sorti en 1996), Neve Campbell a été draguée par Michael Bay pour incarner Grace Stamper dans Armageddon (incarnée au final par Liv Tyler). Rôle qu’elle a immédiatement refusé pour continuer à tourner la série La Vie à cinq, dont elle était la vedette. Mal lui en pris puisque la série s’arrêtera une année plus tard. Quant à Neve Campbell, elle n’apparaîtra plus jamais dans un film à succès, si ce n’est dans les suites de Scream.

Steve Young dans Mary à tout prix

Qui se souvient de Mary à tout prix, cette comédie romantique déjantée qui a élevé très haut le nom des frères Farrelly dans l’inconscient collectif ? Probablement bon nombre de trentenaires et quadragénaires aujourd’hui. Mais qui connaît le nom de Steve Young ? Personne, hormis les aficionados de l’équipe de NFL des San Francisco 49ers.

Et pour cause, le quaterback, qui avait déjà tenté de timides apparitions dans des séries à succès, se voyait bien reconverti dans le cinéma. Mais sous la houlette des pères de Dumb and Dumber, l’homme a décliné l’invitation de passer à la postérité. En effet, le rôle de Ted Stroehmann lui était au départ attitré. Mais devant son refus, les deux cinéastes ont été rechercher un comédien encore peu connu : Ben Stiller.

Véritable succès critique et commercial, le film lança littéralement la carrière de Ben Stiller, mais aussi celle de Cameron Diaz.

Mike Newell aux commandes de Coup de foudre à Notting Hill

Et oui, il n’y a pas que les acteurs qui refusent des rôles, il existe aussi des réalisateurs qui refusent des scénarios… Et Mike Newell fait irrémédiablement partie de ceux-ci. A la fin des années 90, le mec reste sur deux beaux succès : Donnie Brasco et surtout Quatre mariages et un enterrement. C’est donc plein d’entrain que Polygram lui propose Coup de foudre à Notting Hill, qu’il refuse au profit d’un autre script, Les Aiguilleurs, laissant la main à Roger Michell, jusque-là inconnu du grand public.

Si l’intéressé a admis par après avoir fait un mauvais choix commercial, il n’en demeure pas moins que sa filmographie ne s’en remettra pas.

Eric Stoltz dans Retour vers le Futur

Si un jour, vous devez prendre le train à l’heure, n’allez pas à la gare avec Eric Stoltz, vous risqueriez de le rater. Et pour cause, cet acteur – dont 98% du public ignore l’existence – avait endossé le rôle de Marty McFly en lieu et place de Michael J. Fox, tenu par ses engagements sur la série Family Ties. Eric Stoltz a donc tourné plusieurs jours, voire plusieurs semaines avec Robert Zemeckis, avant que ce dernier ne le trouve physiquement trop vieux pour le rôle. Finalement, le personnage de Marty McFly est retourné dans les mains de Michael J. Fox qui avait… exactement le même âge qu’Eric Stoltz.

Comme quoi, une bonne crème anti-âge peut vous sauver des affres de l’oubli.

Mickey Rourke dans Le Flic de Beverly Hills

Mickey Rourke fait irrémédiablement partie des acteurs dont on se remémore le visage, sans pour autant l’associer directement à un film. De fait, difficile de lui trouver un premier rôle à succès depuis les années 80, hormis The Wrestler (2008). Cela aurait peut-être été le cas si le natif de Schenectady n’avait pas vu le jour dans un bled imprononçable et si celui-ci avait accepté de jouer Axel Foley dans la saga à succès Le Flic de Beverly Hills.

Sondé à plusieurs reprises par Martin Brest, tout comme Sylvester Stallone, le charmeur de 9 semaines 1/2 refusera catégoriquement. Eddie Murphy héritera alors du rôle qui lancera sa carrière.

Bonus : Chris Penn dans “The Darwin Awards”

En 2005, Finn Taylor décide de réaliser un film ayant pour thématique principale les Darwin Awards, ces fausses récompenses attribuées à des personnes décédées de manière ridicule. La société de production BlumHouse croit au projet, tout comme des acteurs connus comme Winona Ryder, David Arquette, Joseph Fiennes, Juliette Lewis ou encore Chris Penn, le frère cadet de Sean.

Alors que le film est présenté le 25 janvier 2006 au festival de Sundance, Chris Penn ne s’y présente pas. Et pour cause, l’homme est décédé la veille dans son appartement de Santa Monica d’une insuffisance cardiaque conjuguée à une prise de médicaments. Serait-il dès lors passé à côté du rôle de sa vie à l’instar d’un certain Heath Ledger deux ans plus tard (dans le rôle du Joker de The Dark Knight Rises) ? Et bien même pas, puisque le film ne sortira pas dans les salles américaines. Le premier Darwin Awards pré-posthume.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 866 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.