Home Organising : Élodie Wéry vous aide à “désencombrer” votre vie

Et si vous mettiez un peu d’ordre dans votre vie ? Alors que l’heure des bonnes résolutions 2020 approche, Élodie Wéry, experte en “désencombrement”, nous parle de son nouveau livre Home Organising : Ma méthode en 10 étapes, paru aux éditions Racine le 13 novembre 2019.


Couverture du livre "Home Organising" d'Elodie Wéry (Racine, 2019)Pouvez-vous nous expliquez en quelques mots ce qu’est le “home organising » ?

L’home organising, c’est l’art de vivre mieux avec moins à l’intérieur de son habitation. L’objectif est de faire le tri dans ses possessions (meubles, vêtements, objets) et de revendre, donner, ou éliminer tout ce qui est superflu. Le résultat : une vie simplifiée au quotidien, avec moins de choses à ranger et à nettoyer.

L’idée est aussi de dépenser moins, ou en tout cas mieux, pour ne pas s’encombrer inutilement. En d’autres termes, le Black Friday et les autres initiatives qui nous poussent à la surconsommation sont les ennemis d’un home organising efficace !

Si le concept de “home organising” est né aux Etats-Unis, il a été en grande partie popularisé par la japonaise Marie Kondo, dont les leçons de rangement ont donné lieu à une série sur Netflix. Quelles ont été vos influences ?

Il est vrai que les origines du home organising remontent à la crise du logement des années 1960 aux États-Unis. En cherchant à optimiser les petits espaces, on est en venu à une réflexion plus globale sur l’organisation des espaces intérieurs.

J’ai de la famille aux États-Unis et leur expérience confirme cette tendance, symbolisée à la fin des années 1990 et début des années 200 par l’émergence des tiny houses, ces petites maisons mobiles qui propose un habitat réduit à l’essentiel, en contact direct avec la nature environnante.

J’ai également été influencée par les travaux de la française Dominique Loreau, autrice de l’Art de la simplicité (2005) et par l’approche britannique du home organising, très pragmatique.

Au début des années 2010, Marie Kondo a surfé sur cette vague en poussant la vision beaucoup plus loin. Son approche, qui fait table rase du présent, peut être qualifiée de minimaliste.

En quoi votre méthode est-elle différente des autres ?

Ma méthode s’est nourrie de ces influences mais surtout de mon expérience personnelle de jeune maman. Marie Kondo, par exemple, prône une approche radicale qui ne tient pas compte des enfants. De mon côté, je propose une approche pragmatique qui peut offrir des solutions concrètes aux jeunes familles dans l’Europe d’aujourd’hui.

D’où vous vient cette passion pour le rangement ?

Aujourd’hui mère de quatre enfants, j’ai d’abord accouché de jumeaux en 2009. Un évènement source d’un sacré désordre ! La pression quotidienne résultant de la vie de jeunes parents nous a amenés, mon mari et moi, à repenser notre mode de fonctionnement pour éviter de nous laisser submerger par le stress.

J’ai donc décidé de reprendre le contrôle en réorganisant notre espace de vie, et en lançant ma propre activité de formatrice en home organising. Mon livre comprend d’ailleurs de nombreuses anecdotes issues de mon expérience personnelle de maman !

La méthode que vous proposez dans votre livre va bien au-delà du simple rangement de son domicile. Vous abordez aussi d’autres sujets comme la vie de famille, la surconsommation… Quel est le lien entre tous ces aspects ?

Le rangement est en réalité un prétexte pour commencer une démarche plus générale d’amélioration de son bien-être quotidien. Depuis une dizaine d’années, la quête de développement personnel est une tendance forte. Quelques soient les objectifs poursuivi (changer de job, booster sa vie affective…), le rangement est un moyen très efficace pour déclencher un changement positif. Je pense même que cela peut dans certains cas être plus efficace qu’une séance chez le psy !

Quel est le profil des clients qui s’adressent à votre entreprise ?

Pendant sept ans, j’ai été formatrice en désencombrement sur le terrain. Après la naissance de mon quatrième enfant il y deux ans, j’ai choisi de me concentrer sur la formation de formateurs. En règle générale, les clients qui s’adressent à nous sont principalement des femmes (environ 90%) qui se trouvent dans une période difficile, au niveau personnel ou professionnel. Le désordre d’une maison est en effet souvent le reflet d’autres problèmes, tels que l’accumulation de stress ou la détérioration des relations dans une famille.

A quelqu’un qui voudrait commencer à mettre de l’ordre dans sa vie, conseillerez-vous de lire le livre avant d’entamer une formation, ou l’inverse ?

Je pense que mon livre est une bonne introduction au concept d’home organising, et qu’il peut faire gagner beaucoup de temps aux gens qui souhaitent entamer une démarche de désencombrement. Le livre doit leur permettre de comprendre le cadre et la méthode, ce qui est une première étape essentielle. Toute formation ultérieure sera rendue plus efficace par l’acquisition de ces concepts.

En regardant votre site internet, on comprend que votre projet personnel est devenu une véritable aventure familiale. Votre compagnon étant ingénieur en construction, cela ne venait pas de soi. Comment cela s’est-il passé ?

Lorsque notre quatrième enfant est né l’année dernière, nous avons opéré un virage à 180 degrés. Mon mari, qui avait toujours travaillé à temps plein dans l’immobilier, a pris un an de congé parental. Pendant cette période, il m’a beaucoup aidé dans la gestion administrative et financière de la société. Depuis, nous avons développé de nombreux projets communs. Nous avons ainsi rénové plusieurs propriétés en y appliquant le concept de désencombrement. Nous louons par exemple une roulotte et nous travaillons au lancement d’une chèvrerie. Notre famille reste notre priorité et nous avons prévu un voyage à travers l’Europe… sans prendre l’avion !


En plus de découvrir le livre d’Élodie Wéry, vous pouvez la suivre sur les réseaux sociaux comme Facebook, YouTube et Instagram.

Soraya Belghazi
A propos Soraya Belghazi 130 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine