Blackmore’s Night: Dancer and the moon

Dancer and the Moon est le huitième album de cette formation conduite par Ritchie Blackmore et sa femme Candice Night.

On le sait, le couple entretient une véritable passion pour la musique médiévale et c’est cette musique que joue désormais Ritchie depuis son départ de Rainbow en 1995.

Il est vrai que certains fans furent choqués et déçus par ce choix. Toutefois, après quelques années à mettre en avant ses talents de ménestrel, Blackmore a réussi à convaincre un large public que cette musique était non seulement de qualité, mais qu’elle pouvait aussi toucher les gens avec des mélodies tantôt entraînantes, tantôt mélancoliques. Et la voix de Candice Night contribua à l’envoûtement que suscite cette musique.

Il est souvent question de thèmes fantastiques et de romances dans les paroles de la chanteuse.

À l’intérieur du livret, on peut lire une petite annotation de Blackmore à propos du titre de l’album. Celui-ci fait référence à la forte attirance qu’ils ont toujours resenti lui et sa femme au mystère de la Lune, à sa magie, sa puissance mais aussi sa légende.

Celle-ci les affecte de manière si intense qu’ils ont appelé plusieurs albums d’après elle. La danceuse, représentée sur la pochette, est envoûtée par la musique et cela se ressent dans sa danse. Tout comme la musique, la lune et la danse sont des sources d’inspiration pour Blackmore. C’est pour amener le public vers cette réflexion que Cette pochette a été dessinée .

Côté musical, le style varie entre le pop-rock (I think it´s going to rain today) avec un mélange de guitares acoustique et électrique. Mais aussi des chansons très classiques comme Galliard, une chanson que Blackmore avait déjà joué sur un autre disque mais qu’il eut envie de revisiter avec un autre tempo.

Certaines mélodies sont parfois issues du folklore traditionel. Ainsi Ashgroves est une chanson que chantait Ritchie en classe lorsqu’il était petit. The moon is shining (over the sea) est quant à elle une vielle mélodie empruntée au folk tchèque. La voix de Candice suit souvent le thème musical joué par son mari et souligne ainsi toutes les nuances et les subtilités du jeu de Blackmore qui nous livre ici encore de très beaux morceaux accompagnés par quelques solos au style bien reconnaissable.

Le thème de la danse est aussi mis en avant dans Dancer and the moon qui est très entraînant avec ses percussions. De plus, on visualise très vite le groupe jouant dans la forêt entourré d’un groupe d’amis frappant des mains et dansant au son des instruments un soir de pleine lune. Blackmore’s Night nous entraîne dans un monde féerique et nous fait découvrir des musiques d’une autre époque. Le disque se conclut avec Carry on…Jon, un superbe hommage à Jon Lord, le claviériste de Deep Purple récamment disparu.

Dancer and the moon est donc un très bon disque qui, comme ses prédécesseurs, regroupes diverses ambiances féeriques et nous emmène dans une autre époque.

À écouter sans tarder..

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 484 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.