Steve Jobs, l’homme derrière la machine

steve jobs poster

Steve Jobs

de Danny Boyle

Biopic, Drame

Avec Michael Fassbender, Kate Winslet, Seth Rogen

Sorti le 3 février 2016

Les départs de Christian Bale et de David Fincher, l’abandon des droits du film rachetés en catastrophe par Universal, les pressions de la femme de Jobs et de Tim Cook (le nouveau PDG d’Apple) pour ne pas sortir le film… Les chemins menant au projet furent semés d’embûches mais finalement, après un semi-flop outre-Atlantique, le nouveau Danny Boyle sobrement intitulé Steve Jobs sortira sur les écrans belges le 3 février. Parviendra-t-il à conquérir le marché européen ?

L’homme derrière la machine, le génie derrière Apple. Steve Jobs a toujours su galvaniser les foules. Au travers de trois grands lancements de produits, le portrait sans complaisance d’un homme controversé, artiste pour certains, génie mégalo et hystérique pour d’autres.

A l’instar de la société à la Pomme qui ne pouvait se passer de Steve Jobs, le film repose essentiellement sur les épaules d’un homme, Michaël Fassbender (tout simplement hallucinant en « monstre sublime ») puis sur celles de ses apôtres Kate Winslet (l’assistante dévouée) et Seth Rogen (Steve Wozniak, le frère de cœur, envers et contre tout). A noter également le scénario brillant d’Aaron Sorkin (le papa de The social Network) qui mérite amplement sa nomination à l’Oscar grâce à ses dialogues intelligents et piquants.

Après le très inégal Jobs avec Aston Kutcher en vedette, le so british Danny Boyle ne pouvait que faire mieux en nous offrant l’œuvre de la rédemption. Un film impeccable sur le fond mais qui manque du souffle « boylien ». De la part de l’homme qui nous a offert Trainspotting et Petits meurtres entre amis, on s’attendait en effet à un produit survolté. Finalement, on assiste à un biopic taillé pour les Oscars, certes, mais sans grande originalité et trop froid pour être vraiment honnête. Dommage…

Elise Voillot
A propos Elise Voillot 51 Articles
Journaliste du Suricate Magazine