Velocom, la petite reine verte

Cela ne vous aura probablement pas échappé, les villes occidentales renouent avec la bicyclette comme moyen de transport. De fait, plusieurs décennies après avoir fait du deux roues un véhicule de loisirs, les populations ont compris que l’enjeu écologique mondial passait, entre autres, par le vélo. Le vélo pour se rendre au travail, le vélo pour aller faire ses courses, le vélo pour livrer des colis et pourquoi pas, le vélo comme moyen publicitaire.

Cette idée de vélo-sandwich de proximité, la start-up bruxelloise Velocom en a fait son crédo, comme nous l’a expliqué Aurel Zola, l’un de ses deux co-fondateurs : “Avec Charles, on souhaitait aider nos amis commerçants à faire leur pub. Très vite, l’idée de faire une affiche itinérante s’est imposée. Et comme nous adorions le vélo, on s’est dit que mettre cette affiche sur un vélo un peu vintage était la meilleure solution”. Pour concrétiser leur projet écologique, les deux amis d’enfance sont alors partis à la recherche d’un bricoleur capable de donner vie à leurs vélos publicitaires. Et c’est dans un atelier schaerbeekois, travaillant depuis de nombreuses années sur les chars de la Zinneke Parade, que les vélos furent construits.

Aujourd’hui, moins d’un an après ses débuts, Velocom se porte bien. Des petits commerçants de quartiers contents d’être enfin sur le devant de l’affiche, Velocom est passé à la vitesse supérieure. La petite équipe croule sous les demandes et particulièrement celles du secteur culturel. “Les festivals et autres évènements culturels sont nos principaux clients pendant la période estivale. Pendant l’année, et surtout pendant les fêtes, on revient alors davantage vers les petits commerçants… ou les plus gros comme Media Markt et ING”, nous a confié Aurel Zola. Et à la question de savoir si la politique environnementale de la start-up va jusqu’à refuser des publicités antagonistes, l’intéressé a souhaité rassurer : “On ne fait pas de pub pour les cigarettes, l’alcool, l’essence, etc. Les produits qui nuisent à la santé ou à l’environnement, on ne les promotionne pas ! On sait que les gens qui nous contactent sont sensibles à cela”.

Une aventure qui ne fait que commencer puisque, outre Bruxelles, Velocom se lance déjà à Liège, Namur, Anvers et Gand.

 

 

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 821 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.