Sousbrouillard, sous le charme des histoires

Scénario : Anne-Caroline Pandolfo
Dessin : Terkel Risbjerg
Éditeur : Dargaud
Sortie : 17 septembre 2021
Genre : Réaliste, Fantastique

Autrice de nombreux ouvrages dont plusieurs ont été illustrés par Terkel Risbjerg – L’Astragale, Le Roi des scarabées, La Lionne, Serena, Perceval, Enferme-moi si tu peuxAnne-Caroline Pandolfo nous revient avec Sousbrouillard, une œuvre à l’atmosphère mystérieuse et fantastique, un récit choral drôle, émouvant et passionnant qui devrait séduire plus d’un lecteur.

Sara ignore tout de ses origines. Sur son lit de mort, la vieille tante qui l’a élevée lui confie l’unique indice en sa possession : la moitié déchirée d’un bracelet de naissance. Un mot y est griffonné, c’est un nom de lieu : Sousbrouillard. Sara, en quête de son passé, laisse aussitôt derrière elle sa vie parisienne sans histoire. Elle se rend à Sousbrouillard, village un peu hors du temps, construit autour d’un lac sombre et mystérieux, un lieu dans lequel, en guise de thérapie de groupe, les habitants se racontent des histoires. A l’écoute, Sara va écouter ces récits de parcours, « cabossés et rocambolesques », hauts en couleurs, tristes et émouvants. Au point d’en oublier sa propre quête.

Une atmosphère envoutante

Sousbrouillard, c’est d’abord une atmosphère admirablement mise en scène par les traits et le choix des couleurs de Terkel Risbjerg. Un village qui semble flotter hors du temps, la bouée de sauvetage de nombreux échoués de la vie qui, grâce aux bienfaits de la parole semblent reprendre pied, quitte à ne plus jamais partir de ce lieu étrange. C’est également une ode à la famille, aux relations que l’on tisse et au pouvoir évocateur des histoires, celles des livres mais également la sienne. C’est enfin une leçon de mise en scène, un récit où tout s’imbrique à merveille pour arriver à l’apothéose finale.

Les apparences sont trompeuses… Si le dernier ouvrage de Pandolfo et Risbjerg possèdes toutes les apparences du récit réaliste, il s’avère que celui-ci tient autant du conte, du récit fantastique que de l’évocation d’une tranche de vie. Une œuvre inclassable mais extrêmement touchante qui ne laissera personne de marbre.