Headcharger: Black Diamond Snake

Aujourd’hui, ce n’est pas qu’un simple disque que nous allons vous présenter. C’est une véritable bombe dans le paysage du rock en France. Black Diamond Snake, le nouvel album de Headcharger, est sorti chez Verycords. Et permettez-moi de vous dire d’avance que c’est une vraie claque !

Pour ceux qui ne les connaîtraient pas (honte à vous), Headcharger est une formation originaire de Caen qui naquît en 2004. Très vite, le groupe enregistre Headcharger, un premier album qui sortira en 2005. Puis, les concerts s’enchaînent et la popularité grimpe. Watch the Sun, deuxième album des normands sort en 2007. Puis, The End Starts Here en 2010.

Entre temps, le groupe joue de plus en plus à l’étranger et rencontre un public de plus en plus large. Ils jouent dans des gros festivals comme le Sonisphere à Madrid ou le Hellfest en 2011.

En 2012, l’album Slow Motion Disease monte le niveau encore plus haut que leurs précédents albums avec un style un peu différent qui les propulsera davantage en avant sur la scène internationale. Ce disque marquera un tournant dans la carrière du groupe qui fera une tournée française, assurera les premières parties de Gojira, Crucified Barbara ou encore Nashville Pussy. Ils joueront aussi au Dour Festival ou au Bloodstock Open Air.

Bref, autant dire que ce groupe a le vent en poupe.

Ils ont bien entendu acquis une expérience et sont devenus véritablement incontournables en France comme à l’étranger. Seul petit hic: le changement de line-up assez régulier du côté de la batterie. Trois batteurs différents en trois ans, ça fait beaucoup. Mais cette fois, le groupe semble s’être stabilisé en prenant Rudy Lecocq aux fûts. Au chant, on retrouve Sébastien Pierre (qui assure comme un dieu), Romain Neveu qui accompagne parfaitement la section rythmique avec un son de basse plein de punch. Enfin, soulignons l’excellent travail de David Rocha et Antony Josse à la guitare.

Alors, assez berdelé, qu’en est-il de cet album, Black Diamond Snake? Comme je vous le disais, ce disque va vous mettre une bonne claque! Si vous aimez les sons de disto bien gras, le stoner et des bons riffs bien foutus, Headcharger est fait pour vous. Sur la pochette, vous pourrez voir une voiture qui vous fera inévitablement penser à la grande époque de ZZ Top, un détail qui colle parfaitement au style du groupe. C’est parti pour un road trip sur des chapeaux de roues!

 headchargeralbum

L’album commence fort avec Land of Sunshine qui va vous envoyer sur les orties. Un son fantastique, une rythmique envoi et des riffs de guitares bien accrocheurs. Le tout saupoudré de solos bien dosés. On sait d’office que ce disque va tourner en boucle des heures durant dans la stéréo de notre voiture en roulant vers nul part.

The Diver et Don’t Wanna Change Your World sont un peu dans la même veine. Les guitares fonctionnent très bien en duo et se complètent parfaitement tout au long des morceaux.

Backtracking offre une belle progression dans les accords durant les couplets et un refrain frappé au marteau-piqueur.

Vient ensuite Heads-up qui vient apporter une bulle d’air dans cet album très intense. Ce titre sonne plus bluesy et on peut apprécier la qualité de jeu des guitaristes et cette façon qu’à Headcharger à se métamorphoser radicalement pour offrir quelque chose de pur et intense à la fois. Au milieu du morceau, le tempo s’accélère pour la partie solo de toute beauté et l’on conclut en douceur comme on a commencé ce slow.

One Night Stand me fait un peu penser à l’époque de Down On The Upside de Soundgarden. Des accords beaucoup plus ouverts, des mélodies très typiques. Encore un très bon morceau dont l’ambiance diffère fort des autres mais sans pour autant gêner l’ensemble de l’album qui est très cohérent au final.

I Wanna See You Die fait penser à un bon morceau à la Slash. Encore une très bonne surprise de la part des français. La voix de Sébastien Pierre manque peut-être un peu de mordant mais le solo et les riffs de ce morceau vous feront vite oublier cela.

Le reste de l’album se déguste cul sec.

Black Diamond Snake fait partie de ces bijoux du rock qui marquent les esprits dès la première écoute et a un fort pouvoir addictif. Headcharger est décidément la valeur sûre dans ce style en France et a de beaux jours devant lui.

Retrouvez-les en live au Motocultor Festival le 17 août ainsi qu’au Raismes Fest le 5 septembre. D’autres dates sont à découvrir sur leur site: www.headcharger.com

Nous avons interviewé Sébastien Pierre, le chanteur du groupe, pour parler de ce nouveau disque et de leurs projets.

Retrouvez l’interview en cliquant ici.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 484 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Rencontre avec Sébastien Pierre, chanteur de Headcharger • Le Suricate Magazine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.