Berlin 1945 – Je suis né dans les ruines du Reich d’Yves Guyet

auteur : Yves Guyet
édition : Jourdan
sortie : avril 2018
genre : histoire / biographie

Les ouvrages sur la Seconde Guerre mondiale pullulent et il est parfois délicat de ne pas se répéter continuellement. Les récits sur des vies peu communes en ces temps troublés sont souvent la solution pour apporter un peu de nouveauté sur une période historique sur laquelle on a tant écrit. Yves Guyet, professeur d’allemand retraité dévoile ses origines difficiles : il est né à Berlin en 1945 et a, toute sa vie, cherché ses origines.

Yves Guyet est né le 30 avril 1945 à Berlin, le jour où Hitler s’est suicidé dans son bunker, le jour où les troupes soviétiques sont rentrées dans la capitale du Reich. Son père est pourtant français, il a été envoyé en Allemagne dans le cadre du service de travail obligatoire. Il y a rencontré une jeune étudiante allemande et l’auteur du livre est le fruit de leur amour presque interdit, les nazis ne voyant pas d’un bon œil le mélange des « races ». Grâce aux lettres envoyés en France, aux quelques témoignages qu’il a réussi à grappiller auprès de ses parents fort taiseux ou encore en enquêtant un peu partout, Guyet réussit à retracer le parcours de ses parents, tente de comprendre ses origines étonnantes mais aussi de par son histoire, de parler de ces « Enfants de la guerre » qui n’ont pas toujours été acceptés.

Guyet est autant allemand que français, il est arrivé bébé en France après la guerre, dans un climat anti-allemand et ne se contente pas de raconter les aventures de son paternel mais aussi sa vie, les difficultés à l’école, les difficultés qu’il a eu avec l’administration (est-il français ou allemand ? comment peut-il être né en Allemagne alors qu’il est né sur le territoire de l’Allemagne de l’Est, créée juste après sa naissance ?), le statut difficile des déportés mais aussi les autres enfants de la guerre et leurs difficultés d’insertion dans la société (enfants des viols, enfants des amours interdits entre les françaises et l’envahisseur, etc.). Ces sujets sont d’autant plus importants que le cas de ces enfants qui n’avaient rien demandé ont parfois été occulté par peur des administrations nationales d’affronter cette réalité.

L’autre force du récit de Guyet est sa volonté de ne pas utiliser la langue de bois pour éviter de ternir la réputation de son père. Il ne cache pas que son père était pétainiste jusqu’à sa mort et pas spécialement outré par le nazisme. Juste un homme de la petite bourgeoisie catholique qui a accepté ce que l’on demandait de lui, par respect des règles et par fidélité au Maréchal Pétain en qui beaucoup de gens avaient une confiance aveugle.

Cette absence de complaisance, ce récit inédit et la volonté de s’interroger sur ses origines et sur la condition des enfants malheureux de la guerre donne une force insoupçonnée aux écrits si intimes d’Yves Guyet et dont on pardonne alors, les quelques passages rébarbatifs.  Berlin 1945 – Je suis né dans les ruines du Reich est un ouvrage qui ravira les passionnés de cette période et les lecteurs qui aiment découvrir des récits de vie peu communs.

Loïc Smars
A propos Loïc Smars 271 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine