Voyage of Time, Cate Blanchett sous Xanax…

Voyage of Time

de Terrence Malick

Documentaire

Avec Cate Blanchett

Sorti le 4 juillet 2018

Un an à peine après son dernier film, Terrence Malick est de retour avec un film réalisé… un an avant… Désormais décidé à ne plus sortir un film tous les vingt ans, Malick nous a offerts six réalisations depuis 2011 – contre cinq entre 1969 et 2005 – au cours desquelles il a affirmé un style aujourd’hui parfaitement reconnaissable.

Après des œuvres de fiction comme Song to Song, Knight of Cups ou The Tree of Life, le réalisateur américain nous revient avec une œuvre originale parfaitement représentative de son style.

Sorti en 2016 aux États-Unis et diffusé à plusieurs reprises en France l’année dernière, Voyage of Time obtient désormais une date de sortie officielle dans nos contrées ! Verdict ? Un Malick pur jus qui risque de décevoir…

Du point de vue de l’histoire racontée, le réalisateur reste fidèle à certaines thématiques déjà abordées dans son Art, notamment dans The Tree of Life. On retrouve ici une célébration de la vie, de l’humain et de différentes cultures. À certains égards, on pourra penser au film Life in a Day produit en 2011 par Ridley Scott sur base d’images venues du monde entier. Voyage of Time vise donc à composer une mosaïque de personnes, de cultures, de vies, en mélangeant passé, présent et avenir.

Ce nouveau film de Terrence Malick vise donc à recréer l’histoire du monde, en passant par le Big Bang, l’arrivée des dinosaures, la météorite du Chixculub puis les hommes préhistoriques, jusqu’à arriver à nos jours avec les mégalopoles aux allures futuristes. Voyage of Time dévoilera ainsi de somptueuses images sur lesquelles sera greffé un commentaire de Cate Blanchett.

Très représentatif du style de Malick, il constitue un spectacle pourtant très vite fatiguant. Le film ressemblera alors parfois à un fourre-tout dans lequel sont rangés toutes sortes d’éléments présentés sans soucis de chronologie. Sur cela vient se greffer un commentaire récité par Cate Blanchett de façon lente et monocorde, et qui aura tôt fait de lasser le spectateur : « Mère, abysse de lumière, toi qui vois tout. Flamboyante, de tout temps tu brilles. Je te touche, le feu te consume, je tremble, frémis d’émerveillement. Où me conduis-tu ? ». Le tout durant une heure et demi…

Cette célébration de la création, lente et contemplative, sera entrecoupée de passages mettant diverses cultures en avant, aussi bien dans un sens positif que négatif. Les créatures peuplant la terre sont ainsi célébrées dans leur multitude, avec leurs bons et leurs mauvais côtés !

Comme souvent chez Malick, la photographie – signée Paul Atkins comme sur The Tree of Life – est belle, soignée, et donne à voir de somptueux paysages. Phénomène ici renforcé par certaines images de synthèse qui montreront les choses sur un plan microscopique. Ces images de synthèse viendront cependant entacher le cadre et deviendront risibles lorsqu’il s’agira d’intégrer diverses créatures préhistoriques à la narration, comme un mauvais documentaire Discovery Channel.

En somme, tout en étant largement représentatif du style cinématographique de Terrence Malick, Voyage of Time est un documentaire assez difficile à suivre en raison de lenteurs parfois lassantes, d’un commentaire d’une monotonie déprimante et d’images de synthèse pas toujours très soignées. Mais comme souvent avec le cinéma de Terrence Malick, les avis seront tranchés en fonction des sensibilités de chacun.

Alexandre Alvarez
A propos Alexandre Alvarez 153 Articles
Journaliste du Suricate Magazine