Vandal de Hélier Cisterne

vandal affiche

Vandal

de Hélier Cisterne

Drame

Avec Zinedine Benchenine, Chloé Lecerf, Emile Berling, Jean-Marc Barr, Brigitte Sy

Sorti le 16 juillet 2014

Critique :

Fils d’un père marocain et d’une mère française aujourd’hui séparés, Chérif est un adolescent difficile aux portes de la délinquance. Face à un comportement qui lui échappe, voulant protéger son plus jeune fils d’une mauvaise influence, sa mère ne trouve pas d’autres solutions que d’envoyer son aîné à Strasbourg. Là-bas, elle espère que la famille de sa sœur lui fournira l’encadrement nécessaire pour le remettre sur de bons rails et décrocher un certificat d’aptitude professionnelle en maçonnerie. Sur place, entre l’acclimatation à son nouvel environnement scolaire, la présence d’un père resté longtemps en retrait et les prémisses d’un amour adolescent du nom d’Elodie, Chérif se lie d’amitié avec son cousin. Ce dernier l’initie à l’art du graffiti auquel il s’adonne secrètement le soir. C’est une révélation pour Chérif qui se plonge furieusement dans cette double vie. Sans limites, échappant au contrôle des adultes, elle est d’autant plus fascinante qu’elle est hantée par Vandal, ce taggueur aussi insaisissable que talentueux. Une nuit, Chérif aperçoit de près le jeune homme, mais les plus beaux mystères survivent rarement au lever de voile…

Avec cette intrigue, sans jamais tenter de juger ou de moraliser, Hélier Cisterne nous propose un film frais ouvrant les vannes à ce courant vital qui traverse l’adolescence d’éclaboussures et de torrents diluviens. Il s’exprime en toute liberté dans les tags, ces actes de vandalisme qui permettent à certains de s’affirmer sous un autre nom que le sien. Ces œuvres d’art aussi, ce que capte également la caméra en proposant des plans étonnants de lyrisme.

À l’esthétique picturale de ce film qui bat la mesure de ses atmosphères à la cadence de la ville et de la nuit répond une très bonne bande son mélangeant hip-hop, électro et musique classique. A l’oreille, on sent derechef ce qu’il y a de conflictuel dans la vie de Chérif tandis que s’amorce très tôt le crescendo qui nous mènera vers la scène finale où les couleurs et les sons s’épouseront dans une acmé énergique et libératrice…

Outre la musique, le film est soutenu par un très bon casting. Elodie (Chloé Lecerf) et Chérif (Zinédine Benchenine) brillent de ce mal être propre aux gens de leur âge. Loin de l’insouciance de l’enfance, la résignation de l’une répond à la révolte de l’autre. Seules les scènes où les adolescents se rapprochent physiquement semblent un peu moins maîtrisées. Une faiblesse de jeunesse, sans doute, qu’on leur pardonnera volontiers tant cette dernière nous emporte avec force…

Nassima Cherke
A propos Nassima Cherke 45 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

1 Rétrolien / Ping

  1. Vandal de Hélier Cisterne • Le Suri...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.