Un premier tome pour ne plus rire… jaune

Minions

scénario : Didier Ah-Koon
dessin : Renaud Collin
éditions : Dupuis
sortie : 19 juin 2015
genre : Gag, humour

Nous sommes plongés dans la Minionmania ! Des petites créatures jaunes en salopette bleue pourvu d’un ou deux yeux sont à la botte des méchants. Pour les servir, ils font preuve de pas mal de stupidité en déferlant sur nous. Leur but ? Envahir le monde ! Impossible de les éviter à moins de vivre dans une grotte et de ne jamais en sortir. Après Moi, moche et méchant 1 et 2 (dont le troisième volet est prévu pour 2017), le film qui leur est consacré, Les Minions, ne brille pas par son intelligence mais présente un bon second degré même s’il est passablement ennuyeux pour les plus âgés. Après avoir inondé le marché de peluches et autres produits à leur effigie sans parler des nombreuses affiches publicitaires qui pullulent partout, voici le dernier né de la série : la bande dessinée dont le tome 1 sobrement intitulé Banana fait référence à leur friandise préférée entre toutes : la banane.

La bande dessinée est construite sur le modèle une planche/un gag avec des blagues à l’humour assez sympathique. Si les Minions sont effectivement mignons, ils restent complètement stupides et cela permet toute une série de situations plus farfelues les unes que les autres. Le scénariste Didier Ah-Koon les a confinés dans le décor des souterrains de la maison de Gru, mais le modèle qui voit les Minions évoluer dans leur tâches respectives est presque toujours le même : un Minion encore plus bête que les autres se confronte à ses collègues et se rend compte à la fin qu’il a encore plus de travail à faire qu’initialement. Il n’y a aucun phylactère, la plupart des expressions sont des onomatopées et tout se construit autour du visuel et de la suggestion. Les dessins créés par Renaud Collin sont soignés et pourvus d’un grand nombre de détails, très lumineux et pleins de peps.

On ne s’attendait pas à ce que cette bande dessinée puisse révolutionner le neuvième art, d’autant plus que Les Minions ça commence déjà à gonfler certains parents trentenaires mais les enfants adorent et ce n’est rien de le dire. Un spécialiste en couche-culotte s’est exclamé : « Trop génial ! » une fois le volume dévoré vitesse grand V. Les auteurs s’en tirent donc honorablement et on suppose, vu l’engouement, que ce n’est que le premier volet d’une longue série… Si la qualité reste au rendez-vous, on n’a pas fini d’en entendre parler.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.