Un Australien sauvé par son armure de Stormtrooper

Pour les fans de la saga Star Wars, les Stormtroopers n’ont plus aucun secret. Pour ceux qui ne connaissent pas bien la franchise à succès de George Lucas, il s’agit des soldats en armure blanche appartenant à l’Empire Galactique (les méchants), appelés également les clones.

Étant donné l’engouement populaire qui existe autour de Star Wars, ce personnage de fiction fait régulièrement partie des costumes préférés des amateurs de cosplay.

C’est notamment le cas de Scott Loxley, un ancien soldat australien de 47 ans qui a décidé d’entamer, il y a près d’une année, un périple de 15000 kilomètres à travers l’Australie en démarrant de Melbourne. Pour attirer davantage l’attention des badauds, mais aussi des médias, l’homme a choisi de le faire déguisé en Stormtrooper. Si cela peut paraître saugrenu, l’objectif est avant tout de récolter une somme de 100000 $ pour le Monash Children’s Hospital.

Mais mercredi dernier, son parcours caritatif aurait pu lui coûter la vie. Alors qu’il venait de quitter Yalboroo, au Nord de Mackay (État du Queensland), Scott Loxley aperçoit sur la route ce qu’il pense être un énième serpent mort. Sauf que ce serpent ne l’était pas et qu’il s’agissait d’un King Brown, le sixième serpent le plus venimeux d’Australie.

En passant à côté de celui-ci, Scott est attaqué et est mordu au tibia. Cependant, grâce à son armure, le quadragénaire est sain et sauf. “Il s’est jeté sur moi et m’a mordu le tibia, mais l’armure m’a effectivement protégé et a empêché la morsure”, raconte-t-il avant d’ajouter : “Je pouvais sentir les dents racler le plastique”.

Grâce à son armure de Stormtrooper, Scott Loxley peut continuer à faire grandir sa cagnotte qui s’élève à l’heure actuelle à 40000 $.

En tout cas, la force avec lui est, car chanceux il est.

Si vous souhaitez suivre son périple, Scott Loxley vous donne rendez-vous sur son compte Facebook.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 817 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.