La tradégie des Kennedy au Théâtre Royal du Parc

kennedy parc affiche

De Thierry Debroux, mise en scène de Ladislas Chollat, avec Alain Leempoel, Dominique Rongvaux, Anouchka Vingtier

A partir du 14 avril au 14 mai 2016 à 20h15 au Théâtre Royal du Parc

Pour la fin de saison, le Théâtre Royal du Parc nous invite à découvrir John Fitzgerald Kennedy, l’ancien président des Etats-Unis, assassinés d’une balle dans la tête en 1963. Thierry Debroux, le directeur et metteur en scène attitré du théâtre, a écrit cette pièce dans le but de faire découvrir au grand public, la face cachée de cet homme et de cette famille de catholiques irlandais qui a dominé les sphères du pouvoir grâce à sa fortune. Mais en laissant le jeune talent français, Ladislas Chollat, s’occuper la mise en scène. Ce choix est sûrement un des points forts de cette création.

Un point fort, car ce qui frappe pendant cette courte pièce d’à peine une heure et demie, c’est la qualité de l’interprétation et surtout l’occupation de l’espace par les trois comédiens, tous trois impeccables de justesse et de présence sur scène. C’est au niveau de l’intrigue où le public sera plus partagé : d’un côté, le choix du moment est approprié (la soirée où Marilyn Monroe humilia Jackie Kennedy en interprétant un “Happy Birthay to you” érotique au président devant tous les démocrates) et l’ajout d’un personnage féminin mystérieux et fantastique apporte une originalité au texte, autant d’un autre côté, ceux qui connaissent un tant soit peu la vie de ce président, n’apprendrons que très peu sur ses problèmes de santés, ses rapprochements avec la mafia et sa richesse familiale.

Il faut aussi mentionner la scénographie interactive utilisée. Si le décor principal est simplement une chambre d’hôtel, l’univers de l’époque et les moments phares se passant hors de cette chambre sont retranscrits au moyen d’images projetées à différents endroits stratégiques. On voit défiler Kennedy à Dallas dans sa décapotable, des images de Marilyn Monroe ou Jacky Kennedy, une vue sur la ville de New York, etc.

Finalement, même si les personnes s’intéressant un tant soit peu au sujet, n’apprendrons que peu de choses, il reste intéressant de découvrir une pièce qui fait la part belle à un personnage historique récent et un sublime trio d’acteurs au sommet de leur forme.

Loïc Smars
A propos Loïc Smars 315 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.