Tim Burton en dix films ! (top et flop)

Si il y a bien un réalisateur culte avec un univers particulier, c’est Tim Burton : en 19 films, il a marqué son époque. Si la plupart de ses films sont devenus cultes, Tim Burton a parfois été accusé de se caricaturer lui-même ou de rarement se réinventer. Et si on jouait à revoir sa filmographie en établissant un top 5 et un flop 5 ?

Et si tout cela vous donner envie de voir ou revoir l’un ou l’autre long-métrage, il existe une tonne de coffrets DVD à s’offrir pour les fêtes de fin d’année, comme la sélection de 9 films que propose Warner dans un coffret simple mais efficace.

Le Top 5 

Edward aux mains d’argent

Après l’énorme succès de son premier Batman, Tim Burton a une liberté totale et se lance dans la création d’Edward aux mains d’argent. Projet plus personnel que ses trois précédents longs métrages, ce film deviendra le symbole de l’univers de Tim Burton pour le reste de sa carrière : récit initiatique, réflexion sur la création, univers gothique et bien sûr la première apparition de Johnny Depp qui deviendra la muse du réalisateur. Si pour vous aussi, c’est un beau souvenir d’enfance, on vous invite à vite le revoir !

Ed Wood

Ed wood est un peu une anomalie dans la filmographie de Tim Burton tant il semble éloigné de son univers (seul Big Eyes, autre biopic sorti en 2014 y ressemble un peu). Et c’est peut-être aussi pourquoi il est souvent le grand oublié du grand public. Pourtant ce film est un petit bijou où Burton fantasme un biopic vu à travers les yeux du réalisateur Ed Wood, terriblement médiocre mais toujours passionné et qui n’arrêtera jamais de tourner. En plus découvrir un des meilleurs films de Tim Burton (il aurait pu totalement être le premier de cette liste), c’est aussi une bonne manière de se plonger dans l’histoire passionnante d’Ed Wood, tant le « plus mauvais cinéaste de l’histoire du cinéma » a finit par y laisser son empreinte !

Beetlejuice

Après avoir montré ses preuves en réalisant un film sur le personne de Pee-Wee créé par Paul Rubens, Burton se lance dans un projet totalement différent : une histoire comique de fantômes ! Le film sera un énorme succès et lancer la carrière du réalisateur et celle de son acteur principal, Michael Keaton qui marque les esprits dans son personnage de Beetlejuice, le bio-exorciste. Ce film est une succession d’effets spéciaux rétros magnifiques, de trouvailles totalement déjantées et de moments musicaux mémorables ! ♫ Day-o, day-o. Daylight come and we want go home… ♫

Batman le défi

Si le premier Batman réalisé par Tim Burton est déjà génial, c’est le deuxième qui est vraiment le plus abouti, bien aidé surtout par ces seconds rôles géniaux avec en figure de proue, l’interprétation dingue du Pingouin par un Danny De Vito au sommet de son art. Mais Michael Keaton, Christophe Walken et Michelle Pfeiffer sont aussi géniaux. Accusé souvent d’être beaucoup plus sombre que le premier, ce Batman le défi fut pourtant aussi un énorme succès. Le studios voudront pourtant changer de direction et rendre les adaptations de Batman plus familiales et on en connaît le résultat désastreux …

Big Fish

Si des années après, Big Fish s’est imposé dans les premières places des classements, il n’a pas autant marqué les esprits à sa sortie. Et c’est vrai que, c’est en le revoyant plus tard, qu’on se rend compte de la puissance visuelle de cette épopée picaresque d’un père qui veut se réconcilier avec son fils et qui raconte à l’envie, les histoires les plus folles qu’il a vécues. Sans être aussi mythique les films précédents, il est impossible de conclure ce top sans le mentionner. Et on gardera en tête longtemps, l’émotion ressentie à la fin du film.

Le flop 5

Alice au Pays des Merveilles

Cette version d’Alice au Pays des Merveilles, estampillée Disney n’est pas vraiment un ratage complet. Visuellement, les premières minutes sont absolument géniales et mélange bien l’univers de Tim Burton et l’univers de Lewis Caroll. Si ce film arrive en haut de notre flop c’est plutôt pour la déception qu’il a provoqué. On attendait beaucoup de ce mixte d’univers et au final on a un ersatz de film d’aventure calibré sur les sorties à succès du moment tel que Le Seigneur des anneaux ou Les Chroniques de Narnia. Il suffit de voir Alice mettre une armure, sortir son épée et combattre dans une guerre « épique » pour se jurer de ne plus jamais voir ce film ni d’oser découvrir sa suite (qui sera d’ailleurs un échec commercial).

La Planète des singes

Cette adaptation du roman de Pierre Boule, La Planète des singes, par Tim Burton est souvent considéré comme le film le plus mal-aimé de son réalisateur. Et effectivement, on se demande parfois ce qu’il est venu faire dans cette galère. Si rien n’est fondamentalement mauvais, rien n’est vraiment réussi non plus. Le scénario coche les cases nécessaires du film catastrophe mais n’est jamais vraiment captivant, les acteurs connus sont légion mais ne transcendent jamais le film, le traitement des singes montre un véritable travail mais n’évite pas l’impression de faux, etc. Malgré un succès en salle, Burton refusera de tourner une suite et les studios n’essayeront pas non plus de forcer les choses. Ils préfèreront débuter une nouvelle saga 10 ans plus tard.

Pee-Wee Big Adventure

Après avoir quitté Disney, Tim Burton est approché grâce à son court-métrage Frankenweenie par Warner pour mettre en scène un film inspiré du personnage de Pee-Wee créé par Paul Rubens. Ce personnage loufoque d’adulte attardé qui cherche sa bicyclette rouge a eu pas mal de succès en son temps et est pour certains cultes. Pourtant ce film a mal vieilli, ses suites n’ont jamais vraiment marqué les esprits et sa réputation a souffert des problèmes que Paul Rubens a eu avec la justice, mettant à mal la naïveté jouée par son interprète.

Dark Shadows

Dark Shadows souffre essentiellement du tournant qu’à pris la carrière de Tim Burton après Big Fish : il a tendance à se répéter, de se contenter de faire ce pourquoi il est doué et connu, ce qui donne une flopée de films aux qualités indéniables mais qui ne sortiront jamais du cadre. D’ailleurs, est-ce que beaucoup d’entre vous se souviennent de l’histoire ou de scènes marquantes de ce film ? Ce film sonnera d’ailleurs la fin de la collaboration historique avec Johnny Depp.

Sweeney Todd : Le Diabolique Barbier de Fleet Street

Malgré que la deuxième partie de la filmographie de Tim Burton est généralement moins appréciée, il est difficile de trouver beaucoup de films vraiment ratés chez ce réalisateur. Pour conclure ce flop, il a fallu choisir un film qui, bien que possédant d’indéniables qualités (surtout son histoire et Alan Rickman of course), peut paraître moins intéressant que le retour aux sources de Frankenweenie et Les Noces funèbres, que le biopic surprenant Big Eyes, que le charme de Miss Peregrine et les Enfants Particuliers ou encore que les chouettes Mars Attacks, Sleepy Hollow. et Charlie et la chocolaterie.

A propos Loïc Smars 442 Articles
Fondateur et rédacteur en chef du Suricate Magazine