Ta mère ! de Touria Benzari

ta mere affiche

Ta mère !

de Touria Benzari

Comédie

Avec  Sofia Manousha, Salim Kechiouche, Julie Gayet

Sorti en France le 30 décembre 2015

Histoire d’amour de Marrakech à Dijon, Ta mère ! se présente comme un feel-good movie sur les rapports hommes-femmes, les choix de vie et la diversité culturelle, mais la moutarde ne prend pas.

Sofia est une Française d’origine maghrébine installée avec sa famille à Dijon. À 17 ans, lors d’un séjour au Maroc, elle rencontre Salim et c’est le coup de foudre. Leurs deux mères profitent de l’euphorie de cette rencontre et marient les deux jeunes gens. Quelques années plus tard, lorsque Salim arrive en France, Sonia est très claire : de l’eau a coulé sous les ponts et elle ne veut plus être sa femme, elle est libre. Mais le divorce s’annonce difficile : les mères, surtout celle de Salim, s’oppose à la séparation. Et il y a Emilie, une Française installée à Marrakech qui tourne autour de Salim et qui a le culot de demander à Sofia pour racheter une maison comprise dans sa dote. De Dijon à Marrakech et de Marrakech à Dijon, Sonia et Salim auront fort à faire pour se dégager des pressions extérieures pour pouvoir, peut-être, s’aimer à nouveau librement.

Avant d’être un long-métrage, Ta mère ! était une suite de trois courts-métrages réalisés par Touria Benzari, venue à la réalisation après un début de carrière comme employée de la mairie de Dijon. Avec Ta mère !, Benzari a voulu faire un film léger sur la diversité et le rapport entre les cultures française et maghrébine en se basant sur une histoire arrivée à l’une de ses proches.

L’originalité du film tient à son thème, la version moderne de la tradition du mariage organisé, et son « bouillon de culture ». Mais cela ne suffit pas à combler le spectateur. Ce qui est censé être une comédie familiale d’inspiration anglaise, inspirée notamment de Fish and Chips (2000) de Damien O’Donnell, n’est en réalité ni humoristique ni dramatique et s’en tient à être tout juste « sympa ». Et les quelques têtes connues des seconds rôles (Julie Gayet, Barbara Cabrita) n’y changent rien.

La psychologie des personnages manque de subtilité et les motifs des uns et des autres semblent incohérents. Les réactions de Sofia sont à plusieurs reprises contradictoires, que ce soit vis-à-vis de Salim ou d’Emilie, qu’elle déteste, mais avec qui elle finit pourtant par passer des soirées entre copines. Pareil pour la mère de Salim, qui dans une même phrase dit souhaiter une vie meilleure en France pour son fils et vouloir se débarrasser de lui par opportunisme. Plus gênant encore, on ne croit pas à l’histoire d’amour de Sofia, incarnée par Sofia Manousha constamment dans le surjeu, et Salim, incarné par Salim Kechiouche qui prouve encore une fois qu’il ne suffit pas d’être mono-expressif pour donner vie à un personnage renfermé.

Ta mère ! est trop léger et pas assez fin pour remplir son contrat et nous faire passer un bon moment.

Elodie Mertz
A propos Elodie Mertz 118 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.