Soft Metal Vampire Tome 5: un festival pyrotechnique

Scénario et dessin : Hiroki Endo
Éditions : Casterman
Sortie : 01 juillet 2020
Genre : manga, seinen

Débutée en février 2019, la publication en français de Soft Metal Vampire, le nouveau projet d’Hiroki Endô, déjà connu pour la série Eden, en est déjà au tome 5. Tous les éléments sont donc en place avant le grand final du tome 6 et la fin de cette série remplie d’action, d’humour… et de chimie.

Extermination

Si le tome 4 nous en avait appris un peu plus sur l’origine de la domination de Suzerain sur terre et sur les installations de la GDF, ce cinquième tome se concentre exclusivement sur Miika et l’utilisation de ses pouvoirs en situation réelle. En effet, Le quartier général de la G.D.F., Mikanato, est pris d’assaut par les assassins de Suzerain. Leur seul et unique but est d’anéantir les Dhampirs et leur nouvelle recrue, Miika, qui ne cesse de progresser dans sa maîtrise de l’élément d’argent. Le combat final des manipulateurs d’éléments commence !

Action et réflexion

Soft Metal Vampire fait donc encore une fois la part belle aux scènes d’action, les réactions chimiques provoquées par les différents camps continuant à lacérer les corps, faire effondrer les bâtiments… un vrai festival pyrotechnique. Par contre, là où ce manga se distingue par rapport à la concurrence, c’est dans le traitement des grands enjeux géopolitiques. Car derrière Suzerain, la GDF et d’autres factions, il y a des visions différentes par rapport au style de gouvernance, basé sur la peur et la coercition ou sur la coopération, à la manière d’intégrer les différents citoyens dans la société et bien d’autres choses encore. Le choix du récit d’anticipation par Hiroki Endô comme par d’autres auteurs célèbres n’est qu’un moyen habile pour mieux parler de nos propres travers et des dérives possibles de nos propres systèmes de gouvernance.

Soft Metal Vampire Tome 5 garde donc le rythme soutenu des premiers épisodes et nous emmène à toute allure vers l’épilogue de cette série qui vaut la peine d’être découverte.

Vincent Penninckx
A propos Vincent Penninckx 142 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine