Owell, un groupe belge à découvrir sans tarder

Décidément, la Belgique regorge aujourd’hui de bien des talents. Après le groupe Spleen dont nous vous avions parlé récemment, c’est à présent au tour de Owell, une formation pop-rock du Hainaut dont il est question.

Formé en 2011 par le guitariste Laurent Martin et le clavieriste Thomas Dupont, le projet de Owell ne tarde pas à se concrétiser lorsque le batteur Charlie Vanobbergen et le bassiste Laurent Renard les rejoignent.

Seulement voilà, trouver les bons musiciens est déjà un challenge. Mais trouver la voix qui s’accordera parfaitement au projet est bien plus compliqué encore. Tous s’accordent sur le fait qu’une voix féminine serait parfaite pour la musique qu’ils font.

S’ensuivent donc des auditions pour trouver la personne qui correspondra le mieux à Owell. Et il faudra pas moins de treize chanteuses pour trouver enfin le Graal en la personne de Lorenza Cazzato (autant dire que le groupe a préféré prendre son temps pour faire le bon choix).

Se servant de tous leurs atouts, ils travaillent dur pour obtenir leur son et leur identité au travers d’une musique puissante et empreinte d’émotion.

Ils décident ensuite de reprendre le meilleur de leurs productions et enregistrent Chromatic, leur premier album studio. Composé de dix titres, cet album enregistré au studio GreenHouse à Beaumont et masterisé à Berlin aux studios Calyx.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que Chromatic porte bien son nom lorsqu’on entend les trois singles déjà sortis depuis la fin de l’année 2015. Chacun des titres a une couleur spécifique et nous touche de façon différente.

Il a tout d’abord l’envoûtant Dancing Tango sur lequel le groupe a mis l’accent sur des mélodies planantes et une rythmique superbe qui porte à merveille l’ensemble. La voix superbe de Lorenza Cazzato vient sublimer la douceur du son à la fois profond et puissant du clavier qui est clairement mis en avant dans ce morceau.

 

Contrairement à beaucoup de groupes « rock », Owell a su varier l’intensité de chaque instrument pour chacune des chansons. Alors que certains mettent systématiquement la guitare en avant en privilégiant l’agressivité de la distortion pour couvrir le reste, les musiciens de Owell ont ici trouvé un superbe compromis qui nous permet d’entendre distinctement chaque instrument (notamment la basse de Laurent Renard) tout en ayant un ensemble cohérent.

Le second single, Another Road, se veut plus direct. Le clip de ce dernier nous emmène dans l’enfance de chaque musicien. On retrouve ici un côté plus pêchu contrastant avec la douceur de la voix. Un savant mélange qui fonctionne immédiatement.

 

A noter ici le jeu de guitare de Laurent Martin qui nous montre ici qu’il peut tant jouer des riffs agressifs que des parties douces et soignées comme lors des couplets.

Enfin, Angel, troisième extrait nous amène vers un son pop-rock plus moderne dans la lignée de Coldplay. Encore une fois, on a là un travail de composition cohérent et qui nous touche directement.

 

Il faut souligner d’ailleurs ce travail qui se ressent tout au long des morceaux. Chacun se complète sans empiéter sur l’autre et il en ressort un son très singulier qui amène l’auditeur à prêter l’oreille à ce groupe très talentueux qu’est Owell

Pour la sortie de leur premier album Chromatic, le groupe Owell se produira à a grande salle de l’hôtel de ville de Chapelle-lez-Herlaimont dès 20h00 (ouverture des portes à 19h00) le vendredi 25 mars.

Ne les manquez pas car au vu de leur talent, Owell est certainement l’une des meilleures découvertes de l’année 2016 à suivre.

owell show

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 485 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.