Mobile World Congress 2014 : bilan

Le Mobile World Congress 2014, salon consacré à la téléphonie mobile et aux smartphones, a enchanté les aficionados de nouvelles technologies tout au long de la semaine. Réunis à Barcelone pour célébrer les avancées technologiques dans le domaine de la téléphonie mobile, les nombreux visiteurs ont pu apercevoir le smartphone de demain mais aussi le toucher des mains. Mais pour les néophytes, que retenir de cette édition ?

L’absence d’Apple

C’est l’information un peu insolite de ce MWC 2014, Apple a été aux abonnés absents de même que Google. Si les rumeurs y vont bon train quant à l’absence du géant américain, les experts sont quant à eux plutôt circonspects sur l’apparence et les capacités du prochain IPhone 6. Après les échecs (relatifs) des IPhone 5C, jugé trop fidèle au 5, et de l’IPhone 5S, jugé carrément inutile, le prochain smartphone de la marque à la pomme devrait sortir en juillet prochain.

Devant faire face à une concurrence féroce, l’IPhone 6 devra prouver les capacités d’Apple à tenir tête aux marques asiatiques. Même si la fiche technique de ce bijou de technologie est, comme à l’accoutumée, tenue secrète, les rumeurs se multiplient sur le net. La dernière en date, et la plus crédible, serait de voir l’IPhone 6 équipé d’un écran saphir alors qu’il était jusqu’ici en verre. Une nouveauté qui permettrait une plus grande résistance de l’écran face aux chocs. Une rumeur fondée donc puisque la société californienne possède sa propre usine en Arizona capable de produire du saphir synthétique (information relayée par Belgium Iphone le 20 février).

Cela dit, Apple a tout de même remporté un prix, celui de la Meilleure tablette mobile pour l’IPad Air.

Le bulldozer Samsung et le retour de Nokia

Le Sud-Coréen Samsung ne semble pas fléchir face à la concurrence très rude. Au contraire, le géant asiatique continue de prouver au monde entier qu’il sera et restera le numéro un pendant de nombreuses années encore. En présentant des prototypes futuristes plus divertissants que réellement utiles, Samsung prouve néanmoins toute la dynamique qui anime l’entreprise autour de la téléphonie mobile. Le succès de la gamme Galaxy S n’y est pas étranger et la présentation, en ouverture de salon, du prochain Galaxy S5 a déjà suscité l’engouement. Un smartphone haut de gamme, totalement étanche, résistant à l’eau mais également à la poussière. On notera également la présence d’une reconnaissance digitale pour débloquer le smartphone (ce qui n’est pas une réelle nouveauté) mais surtout pour effectuer ses paiements en ligne. Pour les hypocondriaques, il vous donnera également votre rythme cardiaque. Gros atout : il sera sur le marché le 11 avril prochain, c’est-à-dire avant son concurrent direct, l’IPhone.

L’Europe revient également sur le marché et plus précisément Nokia. De fait, le constructeur finlandais s’était fait écraser ses dernières années par les géants du marché dont il faisait jadis partie. Son retour sur scène, salué par l’ensemble des spécialistes qui juge la marque capable d’innovation, se fera non pas avec un 3310 nouvelle génération mais bien avec le Nokia Lumia 520 qui a remporté le prix du Meilleur smartphone low-cost. Le résultat d’un travail de longue haleine qui a permis à Nokia de jouer dans une cour pourtant réservée à l’Asie. Ce nouveau smartphone utilise la plate-forme Windows Phone 8 et a plu aux jurés car il fût quasiment le seul à proposer un prix abordable sans altération de la qualité du produit.

Les chinois en embuscade

Apple, Samsung, Nokia, LG, HTC, Blackberry, Sony, etc. La lutte s’organise au sein des “habitués du secteur”. C’est pourtant sans compter sur l’arrivée discrète mais bien réelle des constructeurs chinois et notamment Wiko qui pourrait bien venir prendre des parts de marché dans le secteur du low-cost. Et pour cause, ce secteur est en pleine croissance en grande partie dû à une économie morose qui peine à donner des signes encourageants.

Wiko a la particularité d’être franco-chinoise et de proposer ses produits directement sur le marché belge et français. S’il n’est pas encore au niveau de ses concurrents, le dernier né de la marque, le Wiko Wax possède des atouts indéniables comme une vitesse et une mémoire importantes, de même qu’une compatibilité 4G LTE. Son écran 8 mégapixels et sa caméra 5 mégapixels devrait en séduire plus d’un, d’autant que ce dernier sera disponible pour une somme inférieure à 300 €. Une marque à suivre assurément.

HTC One, le meilleur smartphone

Le fabricant taïwanais est toujours à l’affût et entend bien rester dans la course des smartphones hauts de gamme. Lauréat du Meilleur smartphone avec le HTC One, la société basée à Taoyuan a encore de beaux jours devant elle.

L’inter-connectivité, l’enjeu majeur

Quittons maintenant les appareils pour s’axer davantage sur le contenu. Quel sera l’enjeu majeur des prochaines années ? L’inter-connectivité. Et cela, tous les fabricants, sans exception, l’ont bien compris. Les stands présentant les objets de demain étaient légions au MWC 2014. Entre bracelets connectés, montres connectées et même brosse à dents connectées, tous les objets devraient passer par le net et surtout se connecter entre eux.

La 5G en ligne de mire

Rayon technique, les ingénieurs s’affairent sur la 5G. Pour les belges, cela peut prêter à sourire étant donné que la 4G est encore peu développée chez nous. Mais chez nos voisins, celle-ci relève déjà du quotidien. Pourquoi cette course à la vitesse et à la réactivité ? Premièrement, pour être le premier à y être avant les autres mais surtout, pour faire face à un monde de plus en plus connecté. C’est un fait, qui n’a jamais connu de problème de lenteur avec son réseau 3G ? Et, enjeu majeur des technologies futures, qui n’a jamais été confronté à une saturation du réseau lorsqu’il se trouve au milieu d’une foule de personnes utilisant, elle aussi, le réseau ad hoc ? L’homogénéité de la couverture, c’est le problème de plus en plus récurrent auquel tentera de faire face la 5G. Jusqu’à 100 fois plus rapide et 5 fois plus réactive que la 4G, la 5G devrait conquérir le monde… mais seulement en 2020.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 828 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.