L’Or vert, pour en finir avec les biocarburants de la première génération

L’Or vert

de Sergio Ghizzardi

Documentaire

Sorti le 22 novembre 2017

L’Or vert est un documentaire d’investigation édifiant qui tire un bilan très sombre de la politique des biocarburants. C’est une plongée implacable dans le monde d’une énergie soi-disant verte où l’on part à la découverte de toutes les facettes qui la caractérisent : son histoire, ses conséquences scientifiques, politiques, économiques et environnementales.

Pour mener à bien son enquête à charge et à décharge, Sergio Ghizzardi a croisé un grand nombre d’acteurs issus de la scène politique, de l’agriculture, de l’industrie pétrolière, des ONGs, des sociétés de biocarburants de la 2ème génération ainsi que des paysans. Cette accumulation de points de vue permet au spectateur d’assembler les différents éléments et de comprendre les véritables enjeux de la bataille politique et économique qui se joue autour des biocarburants.

En suivant la trace de différents protagonistes aux quatre coins de la planète, le documentariste belge nous dévoile les impacts de l’autre côté du monde d’une décision politique prise à Bruxelles. Présent à l’image en tant que grand témoin, il aide ainsi le spectateur à voir l’envers du décor et à se questionner.

Dans le domaine des biocarburants comme dans beaucoup d’autres, on prend conscience de l’inconscience écologique. On y voit une course effrénée vers le profit, on y observe divers acteurs qui s’affrontent dans une lutte d’influence pour défendre leurs intérêts, on y constate une quête insatiable de surfaces agricoles. Et les conséquences sont accablantes : des milliers d’hectares de forêts sont sacrifiés, des victimes en Indonésie et en Argentine sont spoliées de leurs terres, des investissements astronomiques ont été engloutis sans pouvoir répondre aux deux défis majeurs que nous connaissons : l’indépendance énergétique et la lutte contre le changement climatique.

Tout a commencé en Europe, dans les années 90. Les agriculteurs européens avaient un surplus de produits. Il devenait nécessaire de trouver de nouveaux marchés pour écouler des produits agricoles comme le colza et maintenir les activités rurales. Sous l’impulsion du puissant lobby agricole, des directives européennes fixent en 2003 des quotas de biocarburants dans le carburant pour lutter contre les émissions de gaz à effet de serre. Pour beaucoup, c’est un nouveau marché à saisir. Très vite une industrie se met en place. Des terres agricoles sont détournées de leur utilisation première – nourrir les populations – au profit de la production de biocarburants. On passe « du comestible au combustible » ; l’envolée des prix alimentaires fragilise les plus démunis. Des forêts brûlent en Argentine et en Indonésie, on déforeste sans vergogne pour laisser place aux champs de soja et à l’huile de palme.

Mais le documentaire de Sergio Ghizzardi ne se limite pas qu’à pointer des situations alarmantes provenant de la crise des trois E (énergétique, économique et environnementale). Il part également à la rencontre d’entreprises innovantes comme Novozymes, sociétés de biocarburants de la 2ème génération, qui produisent des biocarburants à partir de matière première non agricole comme des huiles usagées, de la graisse animale ou des résidus agricoles. Elles tentent de se faire une place sur le marché mais sans soutien, sans quota et sans subside, elles peuvent difficilement concurrencer les biocarburants de la première génération et le baril à 30 dollars. Et puis, il y a aussi des activistes comme Marc-Olivier Herman (Oxfam international) qui proposent des pistes qui, à défaut d’être révolutionnaires, sont pertinentes et réalistes en matière de mobilité.

Vous l’aurez compris, L’Or vert est un documentaire essentiel, nécessaire sur l’histoire d’une chimère industrielle et énergétique qui n’en finit pas de détruire notre planète. A voir de toute urgence !

Marie-Laure Soetaert
A propos Marie-Laure Soetaert 130 Articles
Journaliste du Suricate Magazine