Lady Beast : Metal Immortal

Si vous aimez le bon vieux heavy metal, celui qui sent le cuir et la sueur, que vous n’êtes pas insensible au charme d’une tigresse enragée et que vous voulez headbanger sur de bons riffs, voici pour vous Lady Beast.

Ce groupe ,venu tout droit de Pittsburgh aux USA, est né en 2009 et a déjà parcouru les terres du Nouveau-Monde à de nombreuses occasions pour jouer leur musique et acquérir un public de fan sans cesse plus nombreux.

Ils ont déjà sorti deux albums baptisés Lady Beast (2012) et Lady Beast II (2015) et s’apprêtent à sortir un nouvel EP intitulé Metal Immortal.

On avait déjà été séduits par les deux précédents opus de Lady Beast qui montrait déjà clairement un style très marqué par les grands noms du heavy metal des années 70-80 avec des pochettes très stylées montrant des personnages dans un style un peu tiré de la mythologie.

On voyait ainsi ce personnage de Lady Beast sur la première pochette surmontant un rocher un bras en l’air tandis que l’autre porte une énorme épée.

lady1

La deuxième pochette, plus sombre, montre un personnage maléfique qui revient du royaume des morts qui dévisage le spectateur et lui envoi des éclairs menaçants.

lady2

Le nouvel Ep ne déroge pas à la règle du kitch avec ce portrait de revenant au sourire malveillant arborant différentes armes préhistorique dans un décors en flammes.

ladyep

Autant dire que Lady Beast signe et persiste dans un style qui lui colle à la peau avec beaucoup de talent. Le line up de ce quintet infernal se compose de Deborah Levine au chant, Andy Ramage à la lead guitare, Chris Tritschler à la guitare rythmique, Greg Colaizzi à la basse et Adam Ramage à la batterie.

Comme sur les deux précédent opus, Metal Immortal présente un son très typé aussi bien au niveau des guitares que de la batterie. On est en plein dans l’univers de cette époque et on se ré gale sur chaque titre de la qualité du jeu de chacun.

La chanteuse Deborah apporte juste ce qu’il faut de charisme, les deux guitaristes font régulièrement des parties mélodiques à deux guitares qui sont autant de moments fort de cet Ep qui est décidément bien intense du début à la fin.

Les tempos sont bien variés et Lady Beast nous sert là quatre titres pur jus dans un style que tout bon métalleux affectionnera.

 

 

Comble de bonheur, le groupe privilégie le format vinyl de ses albums ce qui donne autant de plaisir qu’à la grande époque pour découvrir ce groupe magnifique qui a certainement encore de beaux jours devant lui.

N’hésitez pas et foncez découvrir Lady Beast, vous ne le regretterez pas!

Pour plus d’infos, rendez-vous sur le site du groupe en cliquant ici.

Christophe Pauly
A propos Christophe Pauly 485 Articles
Journaliste et photographe du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.