Il était une fois un 45 tours : Seven Nation Army des White Stripes

Seven Nation Army est l’exemple typique du morceau que tout le monde a déjà entendu et même fredonné. Qu’on le déteste à force de l’avoir écouté en boucle ou qu’on l’adore quand il s’agit de faire la fête dans un état d’ébriété avancé, il ne laisse personne indifférent.

Les responsables de ce morceau, les White Stripes, ne laissent également personne de marbre. Ce Groupe totalement atypique composé uniquement d’un chanteur guitariste ( Jack White ) et d’une batteuse ( Meg White ) connut un succès fulgurant au début des années 2000, avant de disparaitre en 2011. Seven Nation Army, leur morceau phare, n’est pas étranger à cette gloire.

Sorti sur l’album Elephant en 2003, il représente parfaitement le mélange entre simplicité presque enfantine et efficacité monstrueuse qui caractérisait les compositions du groupe. Son titre provient du nom que Jack White donnait à l’Armée du Salut étant gamin. Quant aux paroles, elles parlent d’un personnage totalement obsédé par l’univers des People et des potins.

Dés sa sortie, Seven Nation Army connut un grand succès , et se classa à de très belles positions dans les charts tout autour du globe. Le titre , qui est encore aujourd’hui le plus populaire du répertoire du groupe, permis aux White Stripes de vendre 3 millions d’exemplaires de l’album Elephant.

white2

Aussi étonnant que cela puisse paraitre, Seven Nation Army est sorti en cd single mais aussi en 45 tours, ce qui en 2003 n’était pas monnaie courante, le vinyle étant à ce moment la considéré comme quasi mort. Mais quand on connait un peu le personnage de Jack White, cela n’a rien de vraiment surprenant. Ce grand défenseur de la cause de la galette noire a durant toute sa carrière sorti des dizaines de disques, avec parfois des particularités les rendant complètement uniques.

Par exemple, le dernier 33 tours de l’artiste, Lazareto, est une véritable œuvre d’art, pas spécialement musicalement, mais bien pour l’objet en lui même  : on peut en effet l’écouter en vitesse e 33 tours mais il contient des morceaux supplémentaires lorsqu’il est lu en 45 ou en 78 tours. En fonction de l’endroit précis ou l’on positionne l’aiguille,l’intro du morceau Just One Drink sera soit acoustique soit électrique  . En plus de cela, un hologramme jaillit du disque durant sa lecture, qui se fait d’ailleurs à l’envers, assez fou tout cela non ?

Autre cas particulier, lors du Record Store Day de 2014, notre ami Jack s’était mis en tête d’apparaitre dans le Guiness Book des records. Il y parvient grâce à un exploit bien particulier : Enregistrer un morceau, puis le presser et enfin le distribuer le plus rapidement possible. Il lui fallut ce jour-là 3 heures et 21 minutes entre l’enregistrement et la vente du fameux 45 tours

white1

Pour en revenir au 45 tours de Seven Nation Army, la pochette du 45 tours original s’inscrit dans la pure tradition graphique du groupe. Représentant Jack entrain de peindre son acolyte sous la forme d’un éléphant, on retrouve les trois couleurs ( rouge blanc et noir ) qui caractérisent quasi chaque disque des White Stripes. Il existe énormément de pressages différents de ce disque en format 45 et maxi 45 tours, pour la plupart des versions non officielles, dont certains assez particuliers, voir humoristiques comme l’illustre la photo ci-dessous

Pour terminer, il est intéressant d’expliquer comment cette chanson est encore actuellement un gigantesque tube, chanté dans les stades du monde entier. Cette belle histoire qui vaut la peine d’être contée, et bien c’est grâce à des supporters… belges qu’elle a commencé.

Un soir de match européen à Milan entre le FC Bruges et l’AC Milan, des supporters Brugeois attablés en terrasse entendirent le morceau et l’adoptèrent directement. Lors de la victoire totalement inattendue du club belge, les supporters entonnèrent le chant pendant une majeure partie de la rencontre, au grand étonnement des Italiens. Ils ramenèrent la chanson « à la maison » et Seven Nation Army devint en quelque sorte l’hymne du club. En 2006 , Bruges accueillit un autre club italien, l’A.S Roma lors d’un autre match européen. Et la, surprise, les supporters romains furent conquis par cette chanson et la ramenèrent à nouveau en Italie. Le succès de ce nouveau chant de supporters fut énorme, à tel point que l’équipe nationale italienne l’utilisa lors de son sacre de champions du monde en 2006. Suite à cela, la chanson se propagea dans les stades du monde entier.

Julien Sterckx
A propos Julien Sterckx 125 Articles
Mais tu dis Que le bonheur est irréductible Et je dis Et il dit Que ton espoir n´est pas si désespéré A condition d´analyser Que l´absolu ne doit pas être Annihiler Par l´illusoire précarité De nos amours Destitué(e)s Et vice et versa

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.