En toute inquiétude au Théâtre Varia

De et avec Jean-Luc Piraux

Les 13 et 14 février à 20h au Petit Théâtre Varia

C’est un véritable marathon théâtral qu’a réalisé un Jean-luc Piraux dans une forme olympique au Théâtre Petit Varia du 22 janvier au 7 février. D’une traite, il nous a présenté ses trois solos que sont Six pieds sur terre, Faut y aller, et enfin En toute inquiétude, en partie autobiographique, qui a clôturé le passage de l’artiste au petit Varia ces 13 et 14 février. Mais ne vous fiez pas aux titres, on rit beaucoup dans les spectacles de Piraux.

Dans son dernier spectacle En toute inquiétude, l’artiste dépeint le portrait d’une famille incroyablement… ordinaire. Sur scène, il est tout à la fois: le père angoissé qui nous prend à parti, le fils au chromosome galopant qui cherche l’amour dans le public, la mère discrète, l’autre fils dont le rêve de devenir comédien est une nouvelle source d’angoisse ou encore le maître nageur flamand exacerbé par la famille toute entière…

L’histoire gravite cependant essentiellement autour de Séraphin, le patriarche, dont la vie sans rêve va basculer le jour où il perd son boulot. Au travers de son histoire, Piraux va aborder de lourdes thématiques telles que le chômage ou le handicap. Le talent de l’acteur réside sans conteste dans sa faculté à trouver dans des situations difficiles la juste sensibilité pour en parler sans complexe ni ironie, avec tellement de tendresse qu’on se prend à les aimer, ces petites gens paumés dans les remous de la vie.

En outre, Piraux aime jouer avec les spectateurs, s’asseyant sur les genoux des uns, confisquant les bonbons des autres, quémandant des bisous ça et là ou couvrant quelques malheureux du premier rang de ses mouchoirs personnels (non-usagés précise-t-il). La présence de l’acteur sur scène pallie largement au décor d’une sobriété absolue.

Jean-Luc Piraux a maintes fois été comparé à un clown tendre et lunaire. Il nous propose un théâtre de la sensibilité, de l’amour aussi, sans jugement ni dérision, et surtout, avec beaucoup d’humour.

En bref, un très bon moment de théâtre.

Katelyne Marion
A propos Katelyne Marion 23 Articles
Journaliste au Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.