Django Django : Born Under Saturn

Django Django est un groupe de rock psychédélique écossais qui s’est formé en 2009 à Londres. Les membres qui le composent sont David McLean (batteur et producteur), Vincent Neff (chanteur et guitariste), Jimmy Dixon (bassiste) et Tommy Grace (claviers). Leur premier opus simplement nommé Django Django est sorti en 2012. Born Under Saturn est donc leur deuxième album studio.

Vous avez dit psychédélique? Totalement! Si certains accords mélodiques paraissent décalés et disharmonieux, il faut reconnaître que le tout fonctionne très bien ensemble. Les mélodies assez simples sont complétées par toutes sortes de sons électroniques sortis tout droit des premiers jeux vidéo ou la musique se résumait à quelques notes bidouillées sur d’antiques ordinateurs (Pause Repeat) ou créés par des aliens avec un petit air de la soupe aux chou, 1981 (High Moon) ou encore comme dans les films des années 70-80, plongé entre le disco et les sons «extraterrestres» mêlés avec une guitare électrique qui hurle à la mort (4000 Years).

Certains morceaux, surtout au niveau de l’harmonie des voix, font vraiment penser au Beach boys ou tout autre groupe des années ’60. Si ce n’est les rajouts de sons électroniques, on se croirait presque revenu 50 ans en arrière, sur la plaine de Woodstock (Giant, Beginning to Fade). Il faut ajouter que leur imagination au niveau des textes est aussi intéressante, il est rare d’entendre parler de l’extrapolation du pacte de Faust avec le diable (Found You) bien que d’autres sujets soient beaucoup plus prévisibles tels que la crime et la trahison (Shot Down).

Ces quatre anciens étudiants en art n’ont pas fini de nous étonner en nous proposant un univers musical très personnel qui a le mérite de mêler créativité et intelligence mais où perce cet attrait pour la réalisation d’un art total. Des instrumentalisations improbables au mélange invraisemblable des genres pour arriver à ce style si particulier qui n’appartient qu’à eux, Django Django n’a pas fini de faire vibrer la corde invisible de la douce folie musicale.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 248 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.