Chair(e) de poule au Théâtre de la Vie

De Janie Follet et Hélène Cordier, avec Janie Follet

Du 9 au 13 décembre 2014 à 20h au Théâtre de la Vie

Seul en scène énergique et complet, Chair(e) de poule vous transporte dans un poulailler bien révolté : celui des femmes. Et quand Janie Follet les incarne, on est en droit d’attendre quelque chose de détonnant.

La question posée par Chair(e) de poule est celle de la féminité : si les femmes se résument à leur rôle de mère, elles ne sont rien d’autre que des poules. Pendant une heure, Janie Follet va jouer avec cette idée pour l’amener dans toutes les directions sans pour autant arriver quelque part.

Chair(e) de poule commence par une conférence où Follet transforme son corps en vagin pour nous expliquer les douleurs de certaines pathologies féminines. A partir de là, elle ne quittera jamais le postulat de femme réduite à son rôle de pondeuse, évidemment pour s’en moquer. Ce qui en résulte, c’est qu’une femme n’est pas seulement une terre fertile où déposer sa semence. Quand elle joue à la mère de famille, c’est pour sortir l’instant d’après du rôle qu’on attend d’elle et exploser sans aucune retenue.

Janie Follet met tout à profit pour arriver à se moquer de la case dans laquelle on voudrait bien l’enfermer : la danse, le chant, l’humour. Elle s’en donne à coeur joie et n’a peur ni de se mouiller, ni d’être absurde. Cette énergie sans retenue est le point fort du spectacle. Follet est drôle, survoltée et passe avec une habileté magnétique d’un personnage à l’autre.

Là où le spectacle ne convainc plus tout à fait c’est dans son écriture. Certes, les personnages sont bien caractérisés, peints à gros traits pour servir l’humour, mais le tout part dans tous les sens pour finalement ne pas se décider sur une direction à prendre. On comprend bien où elle veut en venir mais elle n’offre pas d’issue suffisamment puissante à son propos. Elle dépense une énergie folle pour finalement ne pas terminer sur une note suffisamment puissante.
Si on regrette la construction de Chair(e) de poule dans sa globalité, Janie Follet et Hélène Cordier nous offrent des moments très drôles et réussis. Et si elles ne font pas vraiment une omelette, elles arrivent néanmoins à casser pas mal d’oeufs.

Mathieu Pereira
A propos Mathieu Pereira 121 Articles
Journaliste

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.