[BIFFF 2020 (ou presque)] Ces films aux airs de déjà vu …

On ne va pas le répéter à chaque fois, le BIFFF est annulé. Les vacances de Pâques aussi, ça fait un mois que ces fichus gosses sont en vacances et que leurs parents s’obstinent à faire semblant de travailler à la maison. Mais qui dit annulation ou blocage à la maison, ne dit pas s’interdire ce plaisir coupable de regarder des films pourris, chelous, dingues, subversifs, dérangeants, gores, etc. Pour cela on a écumé les plateformes de VOD pour trouver un paquet de films correspondant à l’esprit de ce cher festival et vous partager deux trois idées pour pouvoir amener le BIFFF dans votre salon. Tuez encore ? Jamais plus !


Stranger Scary Stories Things

Une bande de jeunes geeks va se faire attaquer par des forces démoniaques dans une petite ville tranquille perdue dans une version nostalgique des États-Unis. « Tu m’as tellement pompé c’est moi qui touche tes droits d’auteur », balançait Orelsan dans Ils sont Cools. Pourtant, c’est pas très cool ce qu’a fait Scary Stories pour le coup. On a même droit à la sœur d’un des gosses qui sort avec la racaille du lycée capitaine de l’équipe de football. On en frise le ridicule. Dommage car le film de André Ovredal nous livre tout de même quelques passages très intéressants. Particulièrement dans une conception de slow horror qui préserve plus de tension que des jumpscares permanents et attendus. Le réalisateur norvégien nous balançait d’ailleurs déjà quelques concepts sympas dans The Autopsy of Jane Doe au BIFFF 2017 mais déjà, il restait souvent trop en surface dans son histoire malgré des moments bien foutus.

Au final, tel une pilule de GHB glissée dans le verre de Matthieu Matthys, la fin est déjà connue mais les deux en ressortent avec un fort sentiment de s’être fait entuber.

The Grudge : j’ai tiré la chasse trois fois et ça ne veut pas partir !

Tel Jeffrey Dahmer, les producteurs de cinéma américains n’arrivent visiblement pas à s’empêcher de déterrer des choses pour leur faire subir les pires atrocités. Et dans le cas du remake…du remake de The Grudge, le mot « atrocité » n’est pas usurpé, croyez-moi. Alors plutôt que de faire un peu plus de publicité à cette daube cinématographique qui risque d’entacher les relations americano-japonaises pour quelques années, la rédaction du Suricate a choisi de vous proposer ce tutoriel pour faire un origami en forme de lapin.

Pour cela, vous avez besoin d’une feuille de papier (carrée) de couleur, ou blanche et de feutres.(Cliquez ici pour les visuels)

Étape 1 : Pliez la feuille en deux parties égales pour former un rectangle.
Étape 2 : Ouvrez la feuille et repliez-la maintenant dans le sens vertical.
Étape 3 : Repliez la partie du haut en deux parties égales vers le centre de la feuille.
Étape 4 : Repliez la partie de droite puis la gauche vers le centre de la feuille.
Étape 5 : Sortez les deux pointes de la droite comme sur la photo et repliez les 2 autres parties de gauche pour former une pointe. Il y aura donc 2 pointes (les futures pattes). Aidez-vous de la photo pour bien comprendre comment faire.
Étape 6 : Pliez les 2 coins de l’autre côté vers le milieu pour former 2 petits triangles.
Étape 7 : Repliez deux triangles derrière la feuille.
Étape 8 : Sortez la pointe du haut comme sur la photo. Cela forme 2 pointes (les futures oreilles), et de l’autre coté, un losange.
Étape 9 : Affinez la pointe en repliant le haut et le bas vers le milieu. Vous créez ainsi la tête du lapin.
Étape 10 : Rabattez la pointe de gauche vers l’intérieur de la feuille. Le museau du lapin apparait.
Étape 11 : Pliez la petite pointe indiquée par la flèche blanche vers l’arrière pour arrondir le museau du lapin.
Étape 12 : Repliez la feuille en deux.
Étape 13 : Avec vos doigts, glissez la partie de gauche pour former la tête du lapin.
Repliez comme sur la photo.
Étape 14 : Vous pouvez maintenant former les oreilles du lapin en ouvrant légèrement le milieu de chaque pointe.
Étape 15 : Repliez les deux côtés de l’arrière du lapin vers l’intérieur. Attention, c’est technique ! Les deux petites pointes doivent former les pattes.
Étape 16 : C’est terminé, notre petit lapinou est fini !
Étape 17 : Vous pouvez dessiner les yeux, le nez et la bouche pour plus de réalisme !

VFW : la recette du old school slasher qui tâche bien sa mère par Maïté

(Cette chronique est à lire avec la voix de Maïté dans votre tête pour qu’elle prenne toute sa saveur)

Bonjoureuh les Biffeurs et les Biffeuses ! Aujourd’hui, on va apprendre à cuisiner le old school slasher qui tâche bien sa mère ! Comme vous le savez, c’est un plat qui prend toute sa saveur à 00h30 alors pour les petits impatients ici, pas touche à la bidoche avant que ne sonne la cloche !

Aloreuh, on commence simplement en prenant une belle brochette de mecs badass qui savent envoyer de la purée mais ont quand-même un gros cœur tout plein. Ici, pour notre petit VFW, on a fait le choix d’acheter au supermarché bio six vétérans du Vietnam et on saupoudre le tout d’un jeune soldat en permission. Placez les badass dans un lieu familier qu’ils ont l’habitude de fréquenter et on peut commencer la préparation !

Aloreuh tout d’abord, ajoutez une jeune fille éplorée poursuivie par un groupe de méchants très méchants habillés comme un groupe de reprise de Motley Crue qui joue à la fête du village de Roussillon-en-Chassepierre et relevez le tout avec une histoire de petite sœur assassinée par les méchants. Vous mélangez le tout pour avoir une baston bien compacte et sans grumeaux et vous laissez reposer pendant 10 minutes. Pendant ce temps, vous coupe un badass gentil en rondelle, vous lui faites péter les plombs et se faire tuer bêtement et vous passez au four 40 minutes. Quand c’est fini, vous aurez une belle scène finale avec une explosion spectaculaire dans la bouche !

Aloreuh, merci qui ? Merci Jacq…euh merci Maïté !

Olivier Eggermont
A propos Olivier Eggermont 71 Articles
Journaliste du Suricate Magazine