BFF : L’année prochaine de Vania Leturcq

L’année prochaine

de Vania Leturcq

Drame

Avec Constance Rousseau, Jenna Thiam, Kévin Azaïs et Julien Boisselierendosse

Sortie au printemps 2015

Meilleures amies depuis des années, Clotide et Aude vont bientôt avoir leur bac. Si Aude ne se préoccupe pas de son futur et se suffit aux plaisirs adolescents, Clotide anticipe et rêve pour deux : elle envoie son dossier à la Sorbonne pour la faculté de philosophie, et un dossier de dessins pour son amie à l’école des Beaux-Arts. Son plan est clair et précis : elles quitteront enfin cette province où elles risquent de finir comme leurs parents, pour aller vivre dans l’appartement qu’elle hérite de sa mère à Paris. Tout se déroule comme prévu et les filles se trouvent au cœur du rêve parisien. Pourtant, Aude et Clotide ne vont pas vivre leur année de la même façon.

L’année prochaine trace un scénario fragile qui attend la dernière partie du film pour opposer à ses héroïnes des obstacles. Le film perd de son intérêt en suivant toutes les envies des filles sans en rendre aucune difficile ou inaccessible. Aucun point de vue ou constat ne surgit à la surface, si jamais ils existent en profondeur. Le climax perd alors de son intensité et ne reste au film que des moments d’attachement entre les deux filles.

Aux clichés de la trame scénaristique qu’elle dessine, s’ajoutent tous les clichés des personnages adolescents bâtis sur deux extrêmes qui ne s’épousent pas. Les stéréotypes se suivent et ne dévient pas d’une énumération prévisible des caractéristiques des personnages. Malgré l’investissement de Constance Rousseau et Jenna Thiam dans un jeu vraisemblable et touchant, Aude et Clotide n’arrivent pas à dépasser le statut de deux êtres monolithiques.

Pourtant, se ressentent les bonnes intentions de la réalisatrice qui essaie de transmettre la douleur de la rupture et de traiter de la confrontation de deux adolescentes différentes à la réalité d’un monde qui ne se contente pas de mettre à mal leur amitié mais va jusqu’à y mettre fin.

Les intentions de Vania Leturcq ne se manifestent malheureusement en aucune forme cinématographique. La caméra n’opte pas pour un langage, ne dépasse pas le scénario et ne raconte rien de plus. La réalisation devient arbitraire, automatique et redondante.

L’année prochaine reste un bon passe-temps, surtout pour des adolescentes qui s’identifieront dans les images des deux protagonistes et compareront leur vécu au parcours d’Aude et de Clotide. Ce premier film de Vania Leturcq reste pourtant un film fragile qui manque de fond et de langage.

Patrick Tass
A propos Patrick Tass 41 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.