Ah ! Les jolies colonies, nostalgie et brisure de l’enfance

Mise en scène de Gennaro Pitisci, assisté de Maïté Renson. Avec Ben Hamidou. Du 16 au 26 février 2022 au Théâtre Les Riches-Claires à Bruxelles.

Ben Hamidou excelle dans le seul en scène. Ah ! Les jolies colonies, son dernier spectacle, évoque avec peps, tendresse et humour ses souvenirs d’enfance – ceux d’un petit belgo-algérien confronté à un choc culturel au fur et à mesure qu’il s’émancipe du foyer familial.

Comme dans nombre de ses autres spectacles, Ben Hamidou s’inspire largement de son histoire personnelle. Dans Ah ! Les jolies colonies, il partage ses souvenirs d’enfance sur le mode de la confidence, de l’arrivée de sa famille Belgique, alors qu’il était encore bébé, à sa première colonie de vacances en 1970.

La nostalgie heureuse

Avec un réel talent d’imitateur, il incarne les différents membres de sa famille : son père, ouvrier-peintre qui ouvre la voie, l’oncle Bachir qui se pose en chantre de l’intégration, et surtout « henna », la grand-mère paternelle, un personnage central dans la vie du petit Mohammed et auquel Ben Hamidou avait consacré tout un  spectacle en 2010 (l’excellent Sainte-Fatima de Molem, également mis en scène par Gennaro Pitisci).

Le décor, très dépouillé – seule une chaise en bois trône au milieu de la scène – n’empêche par une mise en scène très dynamique. L’ambiance intimiste créée par les confidences du comédien, assis sur sa chaise face au public, alterne avec des moments d’exaltation lors desquels Ben Hamidou chante, danse, et gesticule sur de courts extraits musicaux des années 1960. Le résultat est réussi car on ne s’ennuie pas une seconde et le public rit à gorge déployée.

La famille, à la fois refuge et source de déchirement

Plus que le départ en colonie de vacances, c’est la séparation de ses parents qui est véritablement le moment charnière du spectacle. Traumatisé, le petit Mohammed se voit contraint de choisir entre son père et sa mère. Il commence alors une nouvelle vie hors de la grande maison familiale, dans un foyer réduit où il est le seul enfant. Choyé, surprotégé, il est mal préparé au choc que va constituer l’envoi en colonie de vacances, alors qu’il n’a que six ans.

Un regard d’enfant sur la double culture

Le séjour en colonie chez les sœurs catholiques est d’abord vécu comme une punition. Les autres enfants se moquent de lui, et le petit Mohammed ne s’intéresse ni aux sangliers du domaine ni aux activités de groupe. Son regard d’enfant sur les « bizarreries » des Belges donne lieu à des sketches très drôles, mais Ben Hamidou n’occulte pas la solitude de l’enfant et son sentiment d’abandon. Faisant de son apprentissage de l’indépendance une histoire de résilience, il transformera sa brisure en force… faisant de lui l’homme qu’il est aujourd’hui.

Un très bon spectacle à savourer jusqu’au 26 février 2022 au Théâtre des Riches-Claires.

A propos Soraya Belghazi 283 Articles
Journaliste - Responsable Arts/Expos/Musées du Suricate Magazine