La Voleuse de Secrets / Library Jumpers, tome 1 de Brenda Drake

auteur : Brenda Drake
édition : Lumen
sortie : juin 2016
genre : fantastique

Gia est une jeune adolescente qui vit une vie exempte de problèmes, en ne comptant pas ses frayeurs d’ado, entourée de sa famille et de ses amis. Passionnée par les livres et les bibliothèques, sa meilleure amie Afton l’invite ainsi que Nick, à se rendre dans une bibliothèque prestigieuse dont l’abonnement coûte une fortune. C’est alors qu’elle aperçoit un séduisant jeune homme qui soudainement, disparaît, comme volatilisé à l’intérieur du livre qu’il était en train de lire une seconde plus tôt.

A partir de cet instant, la vie de Gia sera peuplée de révélations fracassantes, habitée par des chimères, des magiciens et des sorcières, un mage noir, des êtres du petit Peuple, de laniars, de méduses et autres démons. Gia va petit à petit prendre connaissance d’une ancienne prophétie qui fait d’elle l’enfant de l’Apocalypse. Descendante de très puissants magiciens, elle est la seule capable de retrouver les Chiave, ces clés qui permettent de délivrer la Tétrade, formées de quatre monstres qui pourraient causer la fin du monde. Le but étant de récupérer les clés avant le maléfique Conemar qui désire avoir le contrôle de la Tétrade pour asservir le monde.

On va le dire tout de suite, La Voleuse de Secrets est typiquement ce qu’on appelle un roman destiné aux teenagers. Tous les ingrédients y sont présents : magie, créatures peuplant un monde caché aux humains, un triangle amoureux entre l’héroïne et Arik que par la loi elle ne pourra jamais avoir et Bastien son promis qui l’attire mais auquel elle ne veut pas succomber. Comment dire ? On a déjà lu ce scripte 1000 fois sous la forme de dystopies telles que les Divergente et autres Hunger Games ou les romans à l’eau pathétiquement rose à la Twilight ou Vampire Academy pour ne citer que les exemples les plus connus.

Mais, pourtant… oui, ça marche toujours chez les ados. Brenda Drake est une auteure très connue dans le domaine, elle connaît parfaitement les règles et la chaîne opératoire pour attirer un public de lecteurs bien ciblé et dénote une certaine intelligence à utiliser un langage compréhensible, simple et assez vivant, entretenant un suspense mesuré. Mais au final, la recette est toujours la même, seuls les protagonistes et le décorum changent.

Bref, c’est un roman qui sera parfait pour tout public aimant les trilogies imprégnées d’univers magiques et de sombres créatures mais franchement, rien de transcendant non plus, c’est du déjà-vu.

Daphné Troniseck
A propos Daphné Troniseck 245 Articles
Journaliste du Suricate Magazine