Une famille à louer, un duo d’acteurs avant tout

une famille a louer poster

Une famille à louer

de Jean-Pierre Améris

Comédie

Avec Benoît Poelvoorde, Virginie Efira, François Morel

Sorti le 19 août 2015

Paul-André est un homme très riche mais désespérément seul et dépressif. En réfléchissant à sa situation, il se dit qu’il aurait peut-être besoin d’avoir une famille à chérir pour trouver le bonheur et l’équilibre qui lui manquent tant. C’est ici que Violette entre en scène : la jeune femme est belle, mère de famille seule au foyer, menacée d’expulsion et criblée de dettes ; de surcroît, elle craint de perdre la garde de ses deux enfants. Paul-André lui propose alors de louer sa famille, en tout bien tout honneur, contre le remboursement de ses dettes et une vie sans souci matériel pendant 3 mois afin qu’il puisse tester « les joies de la vie familiale ». Comment cette drôle immersion va-t-elle se passer ?

Le réalisateur français Jean-Pierre Améris retrouve pour la seconde fois Benoît Poelvoorde, cinq ans après Les Émotifs anonymes, pour le tournage de cette comédie romantique où on retrouve l’acteur dans un rôle assez attendu d’introverti dépressif, aux côtés d’une Virginie Efira très spitante. Si lui cherche à s’essayer à la vie familiale et à tester son aptitude à être un bon chef de tribu pour se sortir de sa morosité quotidienne, Violette, quant à elle, tente avec difficulté de gagner sa croûte pour subvenir aux besoins de ses enfants tout en gardant au fond d’elle une joie de vivre intacte.

Le scénario est assez classique, un peu comme un remake de La belle et la bête : un riche désabusé qui rencontre une belle « pauvre » et bien entendu, on se doute un peu que « la mayonnaise va prendre » entre les deux personnages. On retrouve donc ici en tête d’affiche un duo 100% belge ; c’est d’ailleurs leur troisième collaboration après Kill me please (2010) et Mon pire cauchemar (2011). La sulfureuse Virginie Efira donne le tempo dans ce long métrage distrayant et son enthousiasme a quelque chose de contagieux aux côtés d’un Poelvoorde fidèle à lui-même dans un rôle qui lui ressemble assez bien finalement.

Si l’histoire est entendue et jouée d’avance, cette comédie reste un bon divertissement familial, certes de facture conventionnelle, mais dans une ambiance bonne enfant dynamique qui apporte de la gaieté et quelques rires.

Inès Bourgeois
A propos Inès Bourgeois 37 Articles
Journaliste du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.