Une envie folle : un vaudeville vivifiant

Le spectacle touche à sa fin, les applaudissements sont nourris et, alors que le public quitte peu à peu la salle du Koek’s, une dame glisse à l’oreille de la directrice de l’établissement : « C’était super ! En même temps, c’est toujours bien ici ! ».

Ces mots résonnent encore dans nos têtes, car c’est à peu près le même sentiment qui nous a envahi lorsque nous avons à nouveau apprécié l’un des spectacles humoristiques de ce café-théâtre bruxellois.

De fait, la pièce de théâtre Une envie folle nous emmène dans un délire vaudevillesque où Quentin, un jeune météorologue légèrement extravagant, et Jean, un policier profiler au nez fin, se morfondent à ne pas avoir d’enfant. Pour remédier à ce problème, ils décident de trouver sur internet une mère porteuse.

Juliette, une jeune lesbienne à la fois pétillante et fourbe, débarque alors dans leur quotidien. Seulement voilà, Jean n’est pas très enchanté par la venue de cette représentante de la gente féminine. De là découle toute une série de questions éthiques, comme celle de savoir qui sera celui qui l’ensemencera.

Cette pièce, créée il y a plus de dix ans sous un autre nom, est un vaudeville typique avec ses personnages fantasques, ses rebondissements successifs et ses clichés burlesques agrémentant intelligemment un texte très bien écrit.

Cette qualité d’écriture est probablement le point fort de cette pièce. En effet, il est devenu difficile aujourd’hui d’innover dans le carcan du triangle amoureux. Tout a déjà été fait si ce n’est peut-être le travailler sous l’angle du couple homosexuel perverti par la confrontation avec le sexe opposé. C’est en ce point que la pièce fait mouche et embarque le spectateur avide de comédie légère, sans prise de tête.

Mais cette réussite ne serait pas complète sans la prestation quatre étoiles de nos trois acteurs. Suzanne Elisée, Bertrand Fournel et Grégory Cometti apportent, par leur expérience, une dimension supplémentaire à leurs personnages. Sans trop surjouer – si ce ne sont à certains moments clés et bien choisis -, ces derniers arrivent à rehausser la pièce et faire oublier au public l’exiguïté de ce huis clos.

Une pièce à voir, à vivre et à savourer.

Une envie folle, du 16 au 27 septembre 2015 au Koek’s Théâtre (réservez en cliquant ici)

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 802 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.