Un court instant de grâce : pourtant que la montagne est belle

auteur : André Bucher
édition : Le Mot et le Reste
sortie : septembre 2018
genre : roman

Depuis la mort de son mari et le départ de son fils, Emilie vit seule dans sa ferme sur les hauteurs du massif de Palle. Entre la traite des vaches, l’élevage des poules et le travail des terres, le labeur ne manque pas. Mais Emilie ne se lasse pas pour autant d’admirer le ciel et les oiseaux, de même que les paysages sans cesse renouvelés par la ronde des saisons. Un jour, son quotidien solitaire est perturbé par des échos inquiétants qui lui parviennent de la vallée : un projet de centrale à biomasse menace la forêt environnante. L’arrivée d’entrepreneurs, déterminés à décimer les arbres de la forêt domaniale de la montagne de Palle, coïncide avec le retour providentiel de Victor, un amour de jeunesse, embauché pour labourer et moissonner les céréales sur ses terres. Face à la pugnacité des chargés de mission, Emilie n’est pas du genre à s’en laisser compter : elle entre en résistance et apparaît comme l’ultime rempart contre cette absurdité écologique.

Dans son roman engagé, André Bucher décrit avec réalisme et âpreté, les manœuvres des prédateurs des temps modernes mais aussi la vie des gens d’une vallée, partagés tour à tour entre intérêts politiques, économiques et prises de conscience écologiques. L’écrivain-paysan interroge notre rapport à la nature à travers le prisme des luttes territoriales et des attachements entre les êtres. Son histoire n’est pas sans rappeler le triste feuilleton de la centrale à bois de Gardanne dans les Bouches-du-Rhône dont la conversion récente à la biomasse soulève bon nombre d’oppositions.

Porté par une grâce tellurique et poétique, Un court instant de grâce fait souffler un vent de révolte, balayant les contre-sens environnementaux, appelant à l’éveil d’une conscience plus écologique et citoyenne. Malgré la pertinence du propos, on aurait aimé plus de chair fictionnelle, plus d’amplitude frondeuse. Il manque, çà et là, des péripéties et des tensions pour donner plus de force à ce récit ourlé d’images à la beauté inquiétante.

Marie-Laure Soetaert
A propos Marie-Laure Soetaert 128 Articles
Journaliste du Suricate Magazine