The Voice 8, les K.O. remplacent l’audition finale

Depuis 2012, l’émission The Voice est un succès, tant en France qu’à l’étranger. Mais après sept saisons de bons et loyaux services sur la première chaîne française, le programme commence à s’éroder auprès des téléspectateurs, 30% moins nombreux l’an dernier qu’en 2014, année de sacre d’un certain Kendji Girac. Pas de péril en la demeure, mais TF1 a bien compris que pour continuer d’exister, le télé-crochet doit innover.

Pour ce faire, les producteurs ont d’abord rafraîchi l’équipe des coachs. Si Mika, très populaire auprès du public, restera dans le jury, exit Pascal Obispo, Florent Pagny et Zazie. Ceux-ci laisseront leurs fauteuils rouges à Soprano, Jenifer – tous deux aperçus dans la version kids – et Julien Clerc.

Mais ce n’est pas tout. De fait, c’est au niveau du règlement que The Voice 8 devrait suprendre le public. Si l’épreuve des auditions à l’aveugle est indissociable du format – puisqu’elle en constitue son ADN -, celle de l’audition finale est supprimée après seulement une année d’existence. Cette seconde étape, où l’on voyait trois candidats d’une même équipe s’affronter en vue d’une qualification pour les battles (ou duels), laissera sa place aux K.O..

Plus aléatoire que l’audition finale, mais aussi plus cruelle dans l’esprit, l’épreuve des K.O.  verra se succéder, au cours d’une seule et même émission, les 18 talents détenus par un coach. Chacun des candidats aura l’occasion de présenter une chanson de son choix et sera jugé sur sa prestation. Trois possibilités se proposeront alors à leur coach : soit il buzzera et qualifiera directement son poulain pour l’étape suivante ; soit il l’éliminera purement et simplement ; soit il le mettra en balance dans une zone rouge où l’intéressé devra attendre d’être hypothétiquement repêché par son coach ou un coach adverse. L’objectif étant qu’il ne reste que six candidats par équipe.

Si cette règle ne révolutionne pas le programme dans son ensemble, elle aura bel et bien le mérite d’ajouter de l’incertitude, et donc du suspens, au rendez-vous hebdomadaire. De plus, selon Pascal Guix, directeur artistique de l’émission, elle permettra une meilleure équité entre tous les candidats. À noter enfin que cette règle est inédite et exclusivement française à l’heure actuelle.

Matthieu Matthys
A propos Matthieu Matthys 801 Articles
Directeur de publication - responsable cinéma et littérature du Suricate Magazine.