Suicide Squad, the dirty DC

suicide squad poster

Suicide Squad

de David Ayer

Action, Fantastique

Avec  Will Smith, Jared Leto, Margot Robbie

Sorti le 3 août 2016

L’arrivée de Superman avait soulevé de nombreuses questions concernant la sécurité nationale. Comment combattre une menace dotée d’une force inimaginable qui pourrait surgir à tout moment ? En guise de réponse, une branche secrète du gouvernement propose la création d’une équipe de prisonniers « sacrifiables » mais jouissant néanmoins de grandes capacités : la suicide squad.

Contrairement à Marvel qui semble laisser une marge de manœuvre assez réduite à ses metteurs en scène (souligné entre autre par les relations houleuses entre Joss Whedon et le studio sur le tournage d’Avengers 2), DC fait le pari de choisir des réalisateurs à forte personnalité pour lancer son multiverse, à savoir un univers cohérent au sein duquel cohabitent les héros, et qui se développe de film en film. Après le Batman v Superman de Zack Snyder, place donc au Suicide Squad de David Ayer, qui lui fait suite pour ainsi dire.

L’ouverture du film fait preuve d’une brutalité assez surprenante. Si cela se calme quelque peu par après, le doute n’est cependant pas permis : le réalisateur du sous-estimé Sabotage est bien présent derrière la caméra, et la tendance sombre empruntée par les dernières productions DC se confirme encore un peu, malgré une petite touche d’humour en plus.

Batman v Superman était imprégné d’une schizophrénie fortement visible, et partiellement handicapante. En souhaitant faire cohabiter les univers de ses deux héros, le film était tiraillé entre une première partie urbaine, crédible et crépusculaire, et une suite rébarbative qui reproduisait les erreurs du final de Man of Steel, donnant un résultat inégal. Une fois n’est pas coutume, et l’aspect fantastique de Suicide Squad constitue sa plus grande faiblesse, avec un ennemi principal improbable, pour ne pas dire assez ridicule. Heureusement, David Ayer, par ailleurs scénariste du film, préfère s’intéresser à son groupe de super-vilains et atténue cet état de fait autant que possible.

Comme à son habitude, le réalisateur présente des personnages durs, mais néanmoins éclairés de temps à autre par une lueur d’humanité. On retrouve également son amour des ambiances viriles et des groupes de personnes mal assorties amenées à combattre côte à côte. Comme dans son récent Fury, l’alchimie qui existe entre les membres de l’équipe est palpable, et l’aspect guerrier du film est particulièrement bien rendu, faisant de ce Suicide Squad une version DC fort attrayante des Douze salopards, porté par une bande originale entraînante.

Bien que les acteurs soient tous convaincants, Margot Robbie leur vole la vedette dans le rôle d’Harley Quinn, qu’elle interprète avec toute la folie nécessaire, tandis que Jared Letto compose un Joker psychotique à la limite de la caricature, mais toutefois redoutablement marquant. De quoi laisser augurer du bon pour la suite du développement de l’univers DC sur grand écran.

© 2016 WARNER BROS. ENTERTAINMENT INC. AND RATPAC-DUNE ENTERTAINMENT LLC

Guillaume Limatola
A propos Guillaume Limatola 123 Articles
Journaliste - Responsable BD du Suricate Magazine

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.